Mairie de Rivière-à-Pierre : une course à trois candidates

Mairie de Rivière-à-Pierre : une course à trois candidates

RIVIÈRE-À-PIERRE  | Suite à la décision de la mairesse Andrée Saint-Laurent de ne pas solliciter un autre mandat à la mairie de Rivière-à-Pierre, trois candidates ont décidé de briguer le poste de mairesse en vue des élections municipales du 7 novembre prochain.   Les Ripierroises et Ripierrois auront donc droit à un large éventail d’idées et de projets pour les prochaines années afin de faire un choix éclairé.

Danielle Cyr: services, qualité de vie et disponibilité

La candidate Danielle Cyr

Forte d’un bagage d’expériences variées, Danielle Cyr connaît bien la municipalité car elle y vit depuis 20 ans.   Avant de s’installer à Rivière-à-Pierre, elle a œuvré dans de nombreux métiers dans la région de Montréal, où elle a notamment bâti une expertise dans le domaine immobilier et dans l’univers de la comptabilité.

L’un des objectifs de Danielle Cyr est de déployer des mesures visant à améliorer la qualité de vie de ses concitoyennes et concitoyens. Tentant d’accéder à la mairie pour une troisième occasion, Madame Cyr estime que pour arriver à cette dynamique de projets novateurs, la région a besoin de nouvelles idées et de prendre soin des personnes âgées, qui composent la majorité de la population. Elle déplore entre autres la solitude qui touche les gens du 3e âge et souhaite trouver des façons d’offrir le meilleur à cette population.

De plus, il faudra stimuler l’arrivée des nouvelles familles à Rivière-à-Pierre. Une possibilité intéressante serait de proposer un crédit de taxes ou des subventions pour le monde de la restauration et de l’hôtellerie, un domaine où l’offre de service n’arrive pas à satisfaire les besoins des résidents et des touristes, un élément névralgique pour l’économie de la région dont elle fait une priorité.  Elle considère enfin que la municipalité regorge de ressources pour y jouir d’une grande qualité de vie. « On a une région propice à une belle qualité de vie.  Il nous manquait l’Internet haute vitesse et nous l’avons maintenant.  Il faut alors dorénavant que la ville insiste auprès des fournisseurs pour amener un réseau cellulaire fiable dans la municipalité » ajoute Madame Cyr.

Dans un autre ordre d’idées, la candidate souhaite diffuser ses séances du conseil sur le web en direct, de manière à permettre aux gens plus saisonniers qui possèdent des chalets de pouvoir suivre les activités de la municipalité et se tenir au courant des évènements qui la touchent.

De plus Madame Cyr souhaite rendre les services municipaux davantage accessibles en été le weekend.   « C’est à ce moment qu’on a le plus de gens à Rivière-à-Pierre, et c’est là qu’on est le moins disponibles pour eux » souligne-t-elle.

Elle propose également de modifier le rôle de la maison des jeunes en y ajoutant un volet « maison des aînés », où des activités pourraient avoir lieu pour cette population lorsque le bâtiment est inoccupé.   « J’aimerais bien que l’on possède un camping également à Rivière-à-Pierre » ajoute-t-elle en fin de discussion.

Danielle Cyr, qui possède l’expérience de la grande ville de Montréal et une bonne connaissance de la région, estime donc posséder toute l’inspiration, la disponibilité et une vaste expérience pour solliciter la confiance de la population afin de mener à terme ses projets.

Danielle Ouellette: démographie et développement économique : des priorités

La candidate Danielle Ouellet.

Pour sa part, Danielle Ouellette profite d’une expérience de conseillère municipale à Rivière-à-Pierre. Adepte de la gestion des budgets, son principal défi est d’amener la municipalité à une nouvelle étape de développement économique et résidentiel. En déployant des mesures visant à attirer les jeunes familles à s’établir à Rivière-à-Pierre, Madame Ouellette considère que la municipalité fera sa part pour contribuer à régler le problème de pénurie de main d’œuvre qui sévit dans la région comme partout ailleurs. Selon la candidate, pour augmenter la population de la région, il faudra faire preuve d’initiative pour établir des modalités intéressantes d’accès à la propriété dans la région.  Développer des politiques familiales judicieuses, peut-être par le modèle coopératif, constitue un angle d’entrée intéressant, selon Madame Ouellette, elle-même Ripierroise depuis près de 5 ans.

De plus, il faudra certes un effort collectif pour participer à la rétention de la jeunesse dans la région.  Cela peut se faire en développant de bons partenariats avec l’OTJ de Rivière-à-Pierre, en y instaurant des activités et des projets qui participeront au développement du sentiment d’appartenance et à la rétention à long terme des jeunes dans la région.

En ce sens, Danielle Ouellette se réjouit également des progrès réalisés en matière de télécommunication dans la région, un dossier toujours en progression qui aura un impact direct sur l’attrait que peut représenter la municipalité pour y vivre.  « Le réseau internet haute vitesse récemment acquis, et le télétravail valorisé durant la COVID-19, nous ont en quelques sortes favorisés.  L’an dernier, quelques familles nouvelles se sont installées ici et l’une d’elles possède un travail à Montréal.  Ça donne une idée de l’importance des télécommunications dans notre région », admet Madame Ouellette.

Enfin, les succès espérés par ces projets sont aussi dépendants de la réalisation progressive de lieux pour recevoir la clientèle touristique et les résidents qui ne répondent plus à la demande et aux besoins.  Le monde de la restauration et de l’hôtellerie sont directement concernés pour la poursuite de ses objectifs.  « Il faut bien garder en tête que l’on ne passe pas par Rivière-à-Pierre ; on VA à Rivière-à-Pierre.  Il faut donc être aptes à recevoir ces gens ».

Pour arriver à l’atteinte de tous ses projets, Danielle Ouellette considère aussi l’importance de savoir travailler en équipe, avec les conseillers et les employés.  « Au Conseil, nous sommes sept personnes qui doivent travailler ensemble et c’est là l’essentiel du rôle de mairesse : développer le travail positif en équipe. »  En somme, la candidate souhaite faire rayonner la municipalité et faire profiter de son expérience au Conseil municipal en présentant Rivière-à-Pierre comme une région dynamique où il fait bon vivre.

Cyntia Vigneault : travailler ensemble pour que l’on se rassemble et se ressemble

La candidate Cyntia Vigneault

Possédant une boutique de vêtements en ligne, Cyntia Vigneault se présente à la mairie avec des objectifs bien précis.  « L’ensemble de mes objectifs poursuivent toutefois tous le même but : celui de permettre aux citoyens de Rivière-à-Pierre de se retrousser les manches et travailler ensemble, avec le Conseil municipal afin de développer toute la richesse que nous possédons mais que nous ne développons pas suffisamment » précise la Ripierroise qui s’est installée dans la région il y a 4 ans.

Elle cible la rétention de la population comme l’un des plus importants problèmes qui afflige la population de Rivière-à-Pierre.   « J’ai trois enfants et c’est une évidence, dans la structure de développement actuelle, ces jeunes-là vont quitter la région car il n’y a simplement rien pour les y retenir » ajoute Madame Vigneault.  « C’est au Conseil municipal que revient le mandat de se pencher sur cette situation ».

Par ailleurs, elle déplore elle aussi la grande solitude qui afflige les personnes âgées de la municipalité et elle s’est impliquée en ce sens au cours des dernières années de COVID-19.  « J’ai fait partie de l’initiative organisée par la municipalité qui consistait à livrer les paniers d’épicerie aux personnes âgées vivant seules.  Cela a permis de se rapprocher de cette catégorie de notre population qui en a grandement besoin en ces temps de pandémie », précise Madame Vigneault.

S’affichant comme une personne simple mais impliquée et dynamique, elle n’a pas ménagé ses efforts pour s’investir dans diverses activités menées entre autres par l’OTJ, « un OSBL qui ne bénéficie que de très peu de financement de la part de la municipalité » souligne-t-elle.  Elle a aussi été très impliquée dans les kermesses avec peu de budget, et dans les occasions festives comme l’Halloween ou le Carnaval.  « Il faut provoquer les occasions de se rencontrer pour développer un sentiment d’appartenance » affirme la candidate, qui se présente en politique pour la première fois.

Madame Vigneault s’est dite prête à défendre et représenter la municipalité pour maximiser l’obtention de subventions pour parvenir à faire de Rivière-à-Pierre une municipalité en développement. « On a de belles richesses et on n’utilise pas tout ce que l’on a » déplore-t-elle.

Enfin, la candidate se préoccupe de l’environnement et promet de bien s’occuper des richesses du territoire.   « Pour les 4 prochaines années, il sera important de trouver des solutions durables afin de préserver l’avenir de nos lacs, notre plus grande richesse. J’entends d’ailleurs travailler de concert avec l’Association des résidents et les propriétaires riverains. C’est ensemble que nous trouverons les solutions qui nous conviennent », précise Cyntia Vigneault.

En somme, les candidates sont inspirées par des idées qui viendront améliorer la qualité de vie et la pérennité de la municipalité de Rivière-à-Pierre.  « Il faut maintenant que la population se présente au vote.  C’est une responsabilité qui incombe à tous » déclarent les candidates.  C’est un rendez-vous le 7 novembre prochain.

Entête : Les candidates Cyntia Vigneault, Danielle Cyr et Danielle Ouellet. Crédits: Courtoisie des candidates