Un orignal très original

Un orignal très original

SAINT-RAYMOND | Il serait facile de se méprendre si on le croisait en pleine forêt. Il pourrait aussi être un prix de consolation pour un chasseur bredouille. Cependant, c’est bel et bien une œuvre originale du sculpteur Luc Gagnon qu’est cet orignal grandeur nature.    

L’artiste raymondois a développé une technique particulière pour réaliser cette sculpture de près de huit pieds de hauteur. Ainsi, l’orignal est fabriqué en ciment modelé sur une armature de métal. Cette façon de faire, contrairement au moulage, en fait une pièce unique. Le procédé permet également plus de légèreté pour faciliter le transport. Luc Gagnon a consacré plus de 120 heures, dans l’espace d’un mois, pour cette réalisation. Préalablement, il avait sculpté une chèvre et une girafe.

On peut voir la tête de l’orignal ainsi que le début de la préparation du panache. Crédit: courtoisie Luc Gagnon.

La réalisation

Pour son ouvrage, M Gagnon s’est d’abord inspiré de photos. « Je ne suis pas chasseur, donc je n’en ai pas rencontré beaucoup », confie-t-il. Par la suite, il utilise un logiciel de modélisation 3D pour la conception de l’orignal. « Cela permet de le voir sous différentes facettes et d’obtenir des dimensions précises », ajoute-t-il. La création de la bête débute par un grossier squelette en bois qui est utilisé pour préparer la forme. En se basant sur son modèle 3D, le sculpteur utilise des panneaux de polystyrène qu’il taille pour réaliser la forme de l’animal.

« Le styrofoam se sculpte assez bien, mais il a le défaut de ne pas être solide », mentionne M. Gagnon. C’est pourquoi il recouvre sa création de tissus en coton trempés dans le ciment-colle. Par la même occasion, ce procédé permet de mieux modeler l’aspect, avec une truelle, de préciser les formes et de faire la finition. « J’utilise aussi du treillis métallique pour les endroits où il faut plus de solidité. Je le coupe en bande et je le place par-dessus le bois et le styro. J’en ai enroulé autour des pattes pour sortir le volume. En recouvrant de chiffons et de ciment ça devient presque impossible à briser », précise l’artiste.

De la modélisation 3D à la peinture de finition, le processus employé par Luc Gagnon assure un réalisme d’une beauté remarquable. Crédit: Stéphane Pelletier.

Réalisme

L’orignal a été réalisé en deux sections, le corps et la tête. Évidemment, cette dernière et le panache sont les pièces principales de l’œuvre. D’ailleurs, afin d’obtenir le résultat qui lui convenait, M. Gagnon a recommencé le panache trois fois, car il était trop lourd. La touche finale pour donner vie à la sculpture est la peinture. « J’ai fait un faux-fini en donnant une couche d’ocre jaune et ensuite, j’ai frotté du noir dessus. C’est appliqué au pinceau et ensuite essuyé. Cela donne l’impression parfaite du poil », explique-t-il.

Riche de 30 ans d’expérience, Luc Gagnon a réalisé plusieurs sculptures de bois dont le maître-autel de l’église de Saint-Gilbert, des fresques, des bustes, des statues des meubles, et même, des portes. Son orignal est présentement en vente sur marketplace au prix de 7 500 $.

Photo principale : Le sculpteur Luc Gagnon présente son orignal grandeur nature qu’il a réalisé avec sa propre technique. Crédit : Stéphane Pelletier.