Lac Sept-Îles : souvenirs et surprises pour la 20e Foire du livre usagé

Lac Sept-Îles : souvenirs et surprises pour la 20e Foire du livre usagé

SAINT-RAYMOND | La Foire du livre usagé du Lac Sept-Îles effectue un retour en force cet automne. En place depuis 2000, l’événement célèbre cette année sa 20e édition, qui se déroulera les 4 et 5 septembre prochains de 9 h à 16 h, au Club nautique du Lac Sept-Îles. Pour l’occasion, souvenirs et surprises seront au rendez-vous.

L’événement ayant été annulé l’an dernier en raison de la pandémie, ce sont donc de nombreux trésors littéraires que pourront dénicher les adeptes de la Foire. « On a près de 300 caisses de livres à vendre au mois de septembre et c’est la crème de la crème », lance Claudette Genois, responsable du comité de la bibliothèque du Lac Sept-Îles.

Habituellement tenue entre la fête de la Saint-Jean-Baptiste et la Confédération, c’est plutôt pendant le congé de la fête du Travail que se déroulera la 20e Foire du livre usagé. « D’habitude, la foire se tient entre la Saint-Jean-Baptiste et la Confédération. Depuis 20 ans que c’était comme ça. L’an dernier, on n’en a pas fait et cette année, c’était encore très compliqué durant cette période-là avec les mesures sanitaires. Ce n’était pas impossible, mais on l’a su trop tard et on aurait eu plus de contraintes. À la quantité de livres qu’on a, on ne pouvait pas se dire qu’on attendait encore à l’année prochaine, parce qu’on va avoir un problème de surplus. On s’est dit que pour cette année, on va la faire pour la fête du Travail », précise Mme Genois.

Les livres seront encore une fois vendus à la pesée, soit au coût de 3 $ le kilo pour les livres pour adultes et 2 $ le kilo pour les livres pour enfants. « Les gens n’en reviennent pas des prix. Il y en a qui achètent des livres, les lisent durant l’année, ils nous les ramènent et nous on les revend à nouveau », confie-t-elle.

L’argent amassé au cours des deux journées de la foire permettra entre autres, l’achat de nouveaux livres pour la bibliothèque du Lac Sept-Îles, l’amélioration des installations en plus du maintien du coût de l’abonnement familial, qui est de 5 $.

« Après la Foire, on garde notre budget de fonctionnement et le reste, on le donne au SOS Accueil », explique la responsable du comité de la bibliothèque du Lac Sept-Îles.

Il faut savoir que depuis maintenant quatre ans un partenariat est établi entre l’organisme SOS Accueil de Saint-Raymond et la bibliothèque du Lac Sept-Îles. « Au SOS Accueil, il arrivait des livres et des livres […] et Rosanne Leclerc, qui est bénévole ici et là-bas, voyait les livres [s’accumuler]. Elle en mettait en vente à des coûts très bas, sauf qu’elle voyait qu’il en avait trop pour la demande et que le SOS Accueil n’avait plus de ressources pour envoyer les livres à d’autres organismes. […] Eux ça leur fendait le cœur de voir des livres aller à la récupération. Alors, elle nous a proposé de s’associer et de former un partenariat avec le SOS Accueil », indique-t-elle.

« Le dernier don était de 500 $ et depuis le début je dirais qu’on a donné environ 1500 $. […] On a beaucoup de marchandise et j’aime mieux vendre les livres aux personnes des environs parce que premièrement, les gens en profitent et deuxièmement, il va y avoir plus de retombées au SOS Accueil. Depuis la pandémie, ils ont des grands besoins », souligne Mme Genois.

« J’ai bien confiance cette année qu’on puisse aller leur porter un bon montant. Je le souhaite, parce qu’ils en ont besoin. […] J’aimerais tellement ça accrocher le 3000 $ de ventes pour pouvoir en donner au moins 1000 $ au SOS Accueil », espère-t-elle.

Des lecteurs au-delà du Lac

Depuis vingt ans, c’est un nombre croissant de visiteurs qui viennent profiter de la Foire du livre usagé. « Le nombre de visiteurs va en augmentant chaque année et aussi l’éloignement, parce qu’au début, il y avait le monde du lac et des alentours, comme Saint-Raymond. Mais là, on a des clients de Saint-Léonard, Sainte-Christine-d’Auvergne et même de Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier », constate Mme Genois.

Rendre le livre accessible

Depuis le début de la Foire du livre usagé, la responsable du comité de la bibliothèque estime que l’événement contribue à donner la passion de la lecture à plusieurs. « Il y a beaucoup de variétés. Pour que tu aies le goût [de la lecture], il faut imposer un [grand choix] de livres. Là, il y a tellement de variétés, que les gens vont trouver quelque chose qui les intéresse », mentionne la responsable du comité de la bibliothèque du Lac Sept-Îles.

« Ça rend le livre accessible au niveau du prix. […] Ce qui me fait plaisir, c’est quand je vois quelqu’un qui n’aurait pas les moyens de s’acheter des livres dans une librairie et qui repart [de la Foire] avec un sac et qui me dit en sortant, “merci, j’ai de la lecture pour l’année” », conclut-elle.

Photo : Archives, InfoPortneuf