fbpx

Regroupement et manque de médecins à la Clinique médicale de la Vallée

Regroupement et manque de médecins à la Clinique médicale de la Vallée

SAINT-RAYMOND | La Clinique médicale de la Vallée (CMV) est heureuse de souligner l’annexion de trois médecins dans ses locaux. Cependant, comme il ne s’agit pas de nouveaux médecins, les besoins demeurent importants pour le nord-ouest de Portneuf. Pour cette raison, elle agrandira prochainement ses espaces afin d’accueillir de nouveaux professionnels.

Depuis le 1er octobre dernier, les médecins, Céline Cantin, Gilles Hamel et Gaétane Beaupré sont venus agrandir la famille de la Clinique médicale de la Vallée. Ces trois professionnels de la santé ont quitté les bureaux du Centre Médical Saint-Raymond, situé sur la rue Saint-Joseph, pour se joindre aux équipes de la Clinique médicale de la Vallée. Avec eux, un infirmier praticien spécialisé (IPS) de première ligne, une infirmière, une travailleuse sociale et trois secrétaires médicales s’ajoutent aux équipes déjà sur place. Tous peuvent donc profiter d’espaces neufs ainsi que des nombreux services que leur offre l’organisme à but non-lucratif (OBNL) dont ceux de secrétariat et d’administration. « Avec les services offerts par la clinique, les professionnels de la santé peuvent se consacrer entièrement aux soins des patients » indique la présidente du conseil d’administration de la CMV, Marie-Josée Teixeira.

Près de 7 500 patients orphelins

La Clinique médicale de la Vallée se compose donc de huit médecins qui sont au service de la population. Cependant, à Saint-Raymond et dans les environs, plusieurs citoyens n’ont pas encore de médecin de famille. Actuellement, 3 500 personnes sont inscrites au guichet des patients orphelins. En raison du départ à la retraite de plusieurs médecins, on estime à environ 4 000 le nombre supplémentaire de patients qui deviendront orphelins dans les prochaines années. D’ici deux à trois ans, le Dr Jean Shields (1 295 patients) et la Dr Céline Cantin (1 154 patients) seront de ceux-là.

Devancer les problèmes

« Pour cette raison, la clinique médicale agrandira prochainement ses locaux pour accueillir de nouveaux professionnels. Elle souhaiterait ajouter deux nouveaux médecins à temps plein ainsi que deux IPS dans les prochains 18 mois. Nous travaillons sur ce projet afin d’offrir une couverture médicale optimale et souhaitons que le gouvernement du Québec entende nos demandes », expose Mme Teixeira. Avec l’aide du Comité Santé de Portneuf, la CMV souhaite ainsi devancer le problème du manque de médecins dans le secteur nord-ouest de Portneuf.

L’agrandissement se fera à même l’espace terrasse. Crédit: Stéphane Pelletier

Guichet des patients orphelins

Le plan de répartition des effectifs médicaux (PREM) assignera bientôt un nouveau médecin, mais il est probable qu’il prenne place à Saint-Marc-des-Carrières. « Il n’est pas normal que des gens doivent se présenter à l’urgence pour un simple mal de gorge juste parce qu’ils n’ont pas un médecin de famille », explique Marie-Josée Teixeira. D’ailleurs, elle souhaite solliciter les gens de Portneuf afin qu’ils s’inscrivent massivement au guichet des patients orphelins. Cela afin de démontrer au gouvernement du Québec, tous les besoins de la région en matière de soins en santé et favoriser l’attribution de nouveaux médecins. « Actuellement, nous sommes obligés de refuser 15 demandes par semaine de gens qui se présentent directement à la clinique et certaines demandes sont pour de jeunes bébés. Il est urgent de voir des changements et des améliorations », conclut Mme Teixeira.

Agrandissement

La Clinique médicale de la Vallée procédera à l’agrandissement de ses locaux au printemps 2021. Cela permettra d’ajouter six bureaux supplémentaires afin de combler les besoins actuels et futurs. L’agrandissement se fera sur le deuxième étage, du côté droit de l’immeuble, à même l’espace terrasse qui s’y trouvait.

Photo principale: La Clinique médicale de la Vallée souhaiterait ajouter deux nouveaux médecins à temps plein ainsi que deux IPS dans les prochains 18 mois. Crédit: Stéphane Pelletier