fbpx

[VIDÉO] La rue Saint-Joseph prend du mieux

[VIDÉO] La rue Saint-Joseph prend du mieux

SAINT-RAYMOND | Les travaux d’asphaltage de la rue Saint-Joseph (route 367) ont bouleversé le quotidien de plusieurs résidents et automobilistes durant les dernières semaines. Voici donc un bilan de ce qui a été fait par les divers intervenants de ce projet, dont le ministère des Transports (MTQ), la Ville de Saint-Raymond ainsi que plusieurs entrepreneurs.

Crédit: Stéphane Pelletier

À l’aide d’une niveleuse d’asphalte, la première étape était le planage de la chaussée sur une épaisseur de 50 millimètres. Cette imposante machine est dotée d’un tambour à dents. Celui-ci enlève, déchiquette en petits morceaux et achemine le vieux bitume sur un tapis roulant qui le déverse dans un camion à benne. Ensuite, cette vielle asphalte prend le chemin du recyclage. Dans le cas présent, le tout a été entreposé au garage municipal de la Ville de Saint-Raymond et il sera utilisé lors de futurs travaux de bordures. Avec 140 voyages de camions, cela représente une petite montagne frisant les 2000 tonnes d’asphalte.

Crédit: Stéphane Pelletier

Pourquoi enlever 50 millimètres ?

La décision d’enlever une couche d’asphalte d’une épaisseur de 50 millimètres relève des études commandées préalablement par le ministère des Transports. « Il n’y avait pas de problématique particulière, mais la route était vraiment en fin de vie », explique Rémi Gueripel, technicien en travaux public et responsable du chantier pour la direction générale du ministère des Transports du Québec.  Il mentionne également que le fond de la chaussée est de bonne qualité car, il est composé de sédiment de rivière. Parce qu’il n’y avait pas la même épaisseur d’asphalte partout, certaines  portions de la route ont été mieux aménagées.

Crédit: Stéphane Pelletier

Boucles de comptage

Deux puisards ont aussi été installés en face de la caserne incendie. « Il y avait un problème d’accumulation d’eau à cet endroit », mentionne M. Gueripel. L’ajout de deux fluviales avec une poche de captation, pour la diffusion de l’eau dans le sol, devrait remédier à cette situation.  D’ailleurs, tous les autres couvercles et grilles ont été remplacés, dont 24 par le MTQ et 12 par la Ville de Saint-Raymond en plus de dix entrées d’eau. « Le réseau fluvial (grilles) est de la responsabilité du ministère des Transport du Québec. Les changements au réseau sanitaire (couvercles) sont effectués par la Ville de Saint-Raymond », indique Rémi Gueripel. Il ajoute aussi qu’ils étaient tous vieux de plus de 50 ans et qu’ils claquaient beaucoup. « Les nouveaux couvercles sont auto-ajustables. Si la chaussée bouge, ils vont descendre avec elle et ainsi minimiser le bruit », précise M Gueripel.

Deux boucles de comptage ont également été installées. Il s’agit d’un fil électrique qui sert à recueillir des informations sur le nombre de véhicules qui passent lors d’une période précise. Ces renseignements peuvent être captés de manière occasionnelle par le ministère des Transports du Québec à l’aide d’un appareil relié au fil.

Crédit: Stéphane Pelletier

La nouvelle chaussée

L’avant-dernière étape était l’asphaltage de la nouvelle chaussée sur une épaisseur de 50 à 140 millimètres selon les secteurs. Certaines zones recevaient un premier mélange de bitume pouvant aller jusqu’à 90 millimètres. Celui-ci est composé de gravier un peu plus gros. Par la suite, une deuxième couche d’asphalte de 50 millimètres a été étendue sur la première pour composer le tout final. Cet enrobé semi-granuleux ce nome ESG 10, il a la particularité de se composer de pierres mais aussi de sable afin de le rendre plus lisse. Une asphalteuse se chargeait d’étendre le mélange et était précédée d’un véhicule de transfert de matériaux (VTM). « Le VTM a pour fonction de broyer l’asphalte, de la rendre uniforme et de la déverser dans l’asphalteuse à une température égale », souligne M. Gueripel. Ce procédé est utilisé par le MTQ afin d’augmenter la qualité de la chaussée.

En ce qui concerne la côte de la Colline, elle recevra juste une couche d’ajustement puisqu’elle sera refaite au complet l’an prochain.

Crédit: Stéphane Pelletier

Espaces de Stationnement inchangées

La dernière étape sera le marquage de la chaussée afin d’y apposer les diverses lignes de signalisation et de sécurité. Ce dernier sera fait selon les nouvelles normes d’espacement des stationnements.

Photo d’en-tête: Stéphane Pelletier

#Suivez-nous sur Instagram
This error message is only visible to WordPress admins

Error: No posts found.

Make sure this account has posts available on instagram.com.