fbpx

Sécurité alimentaire: La solidarité au menu des restaurateurs

Sécurité alimentaire: La solidarité au menu des restaurateurs

SAINT-RAYMOND | La crise sanitaire actuelle a apporté son lot de solidarité, d’aide et de générosité et les restaurateurs Portneuvois n’ont pas hésité à prendre part à cet élan. Chacun à leur façon, ils ont contribué à satisfaire une partie de la demande en aide alimentaire de la région. Comme l’affirme Sylvie Germain, chargée de projet à la Table de concertation de sécurité alimentaire de Portneuf (TCSAP), « ça donné un bon coup de pouce pour les différents services d’aide alimentaire ».

Parmi ces entrepreneurs du secteur alimentaire, on compte la franchise des restaurants Subway de Saint-Raymond, Le Mundial, le Roquemont, le Sushi Nagano de Pont-Rouge, le Resto-Gare Portneuf et les restaurants Normandin de la région.

Des élèves de la brigade culinaire de l'école secondaire Louis-Jobin font partie des acteurs qui ont mis la main à la pâte pour aider les organismes sur le plan alimentaire. Crédit: Courtoisie

Pour ces derniers, il était important de ne pas rester les bras croisés et de redonner à leur communauté. C’est entre autres ce qui a motivé Hugo Lefebvres, propriétaire du Subway de Saint-Raymond à convaincre 15 autres franchises de confectionner 1 000 sous-marins et les remettre à Moisson Québec. « On s’est justement dit que les banques alimentaires cherchaient des gens et des bénévoles. Elles ont de la difficulté à en avoir pour travailler et préparer la nourriture pour les gens dans le besoin. […] Nous, on est capable et on est bon [dans la préparation de nourriture] », indique-t-il.

C’est entre autres pour cette raison que M. Lefebvres et les autres propriétaires des restaurants Subway ont décidé de confectionner les sous-marins au lieu d’envoyer les ingrédients nécessaires pour le faire.

En quelques heures les sous-marins étaient déjà tous confectionnés. Crédit: Courtoisie

En seulement deux heures et avec l’aide de deux employés, pour bien respecter les normes de la santé publique, ce sont 100 sous-marins qui ont été assemblés par l’équipe du Subway de Saint-Raymond. « On a une équipe de feu. On a clenché ça. Les filles avaient bien hâte d’en faire, alors ça s’est fait rapidement. […] On a [aussi] fait attention pour qu’il n’y ait pas trop d’employés à l’arrière », assure M. Lefebvres.

Pour ce dernier, un geste d’une telle ampleur allait de soi. « On voulait participer d’une certaine façon. […] On a regardé quelles étaient nos expertises et ce qu’on était capable de faire dans la crise et c’est ça qu’on fait le mieux des sous-marins », souligne-t-il.

Les sous-marins ont été remis à Moisson Québec qui a en assuré la distribution. Crédit: Courtoisie

Contribuer grâce à sa clientèle

Du côté de Pont-Rouge, c’est grâce à l’achalandage plus élevé de clients que le propriétaire du restaurant Sushi Nagano, Guy Tailleur, a pu réaliser ses dons de sushis. « Quand le coronavirus est arrivé et que les gens ont demandé d’acheter plus local, mes ventes ont vraiment explosé », explique-t-il.

Plusieurs bénévoles se sont affairés à distribuer les boîtes de sushis offertes par le Sushi Nagano Pont-Rouge. Crédit: Courtoisie

Tous les mercredis, ce sont quinze boîtes de 10 morceaux de sushis qui sont préparées et distribuées dans Portneuf. Une valeur qui équivalut environ à 250 $ de sushis par semaine. « Ça l’apporte des petites douceurs au quotidien des personnes en situation d’insécurité ou qui sont affectées par la crise », constate Sylvie Germain, chargée de projet en sécurité alimentaire.

«J'ai toujours été un gars de partage», affirme Guy Tailleur, propriétaire du Sushi Nagano Pont-Rouge. Crédit: Courtoisie

Une fois la crise terminée, le propriétaire du Sushi Nagano de Pont-Rouge pense bien pouvoir réitérer ce geste hebdomadaire. « La seule chose qui va faire en sorte que je vais arrêter, c’est si les ventes ne sont plus là ». M. Tailleur l’a d’ailleurs mentionné sur la page Facebook du restaurant en disant que c’était grâce à ses clients s’ils pouvaient se permettre de faire preuve d’autant de générosité. « Tant et aussi longtemps que ça va perdurer [financièrement], je vais continuer à donner c’est sûr », dit-il.

Un don avec la Tablée des chefs

Pour la première fois en collaboration avec la Tablée des chefs, le propriétaire du restaurant le Mundial, Jean-François Drolet, s’est affairé, avec des élèves de la brigade culinaire de l’école secondaire Louis-Jobin à cuisiner 10 000 portions de chili végétarien. Une action tout simplement naturelle pour le restaurateur déjà fortement impliqué dans la communauté raymondoise.

La Tablée des chefs a fourni tout le nécessaire pour cuisiner les portions de chili végétarien. Crédit: Courtoisie

Au total, c’est près de la moitié de ces portions qui ont été redistribuée dans Portneuf « Ça va avoir pris quatre jours à cuisiner, avec dix employés par jour séparés sur trois quarts de travail », mentionne Jean-François Drolet.

Le propriétaire du Mundial entend répéter l’expérience si jamais l’occasion se présente à nouveau. « On attend des nouvelles [de la Tablée des chefs] pour les semaines prochaines. Ça se peut qu’on nous demande [notre aide] pour faire d’autres repas », confie-t-il.

Jean-François Drolet, chef et propriétaire du restaurant le Mundial à Saint-Raymond, compte tenter à nouveau l'expérience si c'est services sont encore demandés. Crédit: Courtoisie

Contribuer avec des surplus alimentaires

D’autres propriétaires de restaurants portneuvois ont aussi mis l’épaule à la roue en faisant don de denrées alimentaires. C’est notamment le cas du Roquemont, en collaboration avec son fournisseur Service alimentaire Gordon Canada, que l’établissement a remis une valeur de 10 000 $ en produits invendus (poisson, viande, légumes, produits laitiers, etc.) à la Table de concertation en sécurité alimentaire de Portneuf (TCSAP).

Même chose du côté du Resto-Gare Portneuf et des restaurants Normandin de Deschambault-Grondines et de Donnacona, qui ont remis plusieurs denrées pour permettre à bien des gens de Portneuf de cuisiner de bon repas.

Des entreprises agroalimentaires

Mme Germain, insiste également pour dire qu’il n’y a pas que les restaurateurs qui ont voulu faire leur part pour subvenir à cette augmentation de l’aide alimentaire. « Il y a aussi beaucoup d’entreprises agricoles de la région de Portneuf qui ont donné des surplus agricoles ou des aliments invendus », lance-t-elle.

Deux des trois copropriétaires du restaurant le Roquemont, Dominic Labbé et Mily Ouellet qui ont contribué à cet élan de solidarité. Crédit: Courtoisie, absent sur la photo Billy Ouellet.

Parmi celles-ci on compte la COOP des Viandes, À l’herbe ! Bouvillon et pâturage, Les Jardins de la Chevrotière, Ferme À la petite échelle et Terra Stavia.

La boulangerie Soleil Levain, le Provigo Josée Bernier et le Metro Saint-Marc-des-Carrières, ont aussi fait partie des contributeurs alimentaires.

Quant au visage même de l’insécurité alimentaire, Sylvie Germain croit que la crise sanitaire aura apporté son lot de positivisme. Selon elle, cet élan de générosité aura permis de solidifier les fondations de la solidarité des gens et des différents acteurs et ressources avec les organismes d’aide alimentaire. « Je pense que la crise a peut-être permis de […] sensibiliser les personnes au fait que oui il y a des besoins [alimentaires] durant la crise, mais il y en a aussi qui sont réguliers tout au long de l’année », conclut-elle.

Photo d’en-tête: Les sous-marins confectionnés par les 16 franchises des restaurants Subway qui ont été remis à Moisson Québec. Crédit: Courtoisie

#Suivez-nous sur Instagram