fbpx

Yann Gauvin 30e au Championnat du monde de vélo de montagne électrique

Yann Gauvin 30e au Championnat du monde de vélo de montagne électrique

Une grande première  avait lieu au Mont Sainte-Anne, le mercredi 28 août dernier. On y présentait le championnat du monde de vélo de montagne électrique. Un athlète de Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier, Yann Gauvin, était du nombre de la dizaine de Canadiens qui ont pris le départ de cet événement sportif prestigieux.

C’est un sport tout nouveau. De fait, le vélo de montagne électrique n’est disponible au Canada que depuis trois ans.

Dans la vie, Yann Gauvin est représentant des vélos Giant. Pas surprenant qu’il pratique le sport de vélo de montagne électrique… depuis trois ans.

Âgé de 28 ans, sa longue carrière en vélo de montagne remonte à son enfance. « Au début, on faisait du vélo au bout de la rue quand on était jeunes, on faisait des petits « jumps ». Au fur et à mesure j’ai commencé à faire de la compétition ».

À la compétition du 28 août, 45 hommes et 15 femmes de partout dans le monde étaient inscrits. Les participants venaient entre autres des États-Unis, du Brésil, de la France, de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande.

La liste de compétiteurs de niveau international comprenait le top 20 des cyclistes professionnels actuels ou anciens. Les autres compétiteurs étaient de bon niveau, mais pas professionnels.

Lui-même cycliste amateur, Yann s’est classé au 30e rang sur les 45 hommes inscrits.

M. Gauvin explique que « le vélo électrique permet plus de vitesse, tout se passe plus vite, les arbres, les racines, les roches, tout arrive plus vite. Il faut être plus attentif et à la limite, dans une meilleure forme physique, notamment du fait que le vélo est plus lourd ».

De fait, il faut que le corps au complet soit en forme, les jambes, mais aussi les bras. Ce sport se rapproche beaucoup du motocross, prétend-il.

Selon Yann Gauvin, d’ici cinq ans, 50 % des cyclistes de montagne vont avoir leur vélo électrique.

De son côté, Kevin Beaupré, spécialiste chez Sports Experts, note que « ça rend possible pour des gens qui débutent dans le vélo de montagne de pouvoir se rendre sur de plus hauts sommets, de pouvoir parcourir plus de distance. C’est plus rapide, poursuit-il, mais techniquement il y a toujours une façon de doser, la personne n’est pas obligée d’aller extrêmement vite. C’est vraiment juste une assistance, tout se passe dans le pédialier puisqu’il faut toujours que le cyciste pédale».

Le premier prix dans le double suspension électrique commence aux environs de 4000 $.

Photos : Yann Gauvin au Championnat du monde de vélo électrique du Mont Sainte-Anne

#Suivez-nous sur Instagram