fbpx

Clinique vétérinaire Saint-Raymond : 30 ans au service des animaux et de leurs propriétaires

Clinique vétérinaire Saint-Raymond : 30 ans au service des animaux et de leurs propriétaires

La Clinique vétérinaire Saint-Raymond a été fondée voilà plus de 30 ans par le docteur Michel Potvin. Sa fille, Dre Camille Potvin, et Andréanne Trudel, les nouvelles propriétaires, entendent bien poursuivre la philosophie qui a toujours été celle de l’établissement : offrir le meilleur service possible aux animaux et à leurs maîtres.

Située au 734 rue Saint-Joseph, la Clinique vétérinaire Saint-Raymond peut compter sur une équipe d’une quinzaine de personnes, dont six vétérinaires, et dispose d’une clientèle fidèle. Depuis maintenant plus de 30 ans, beaucoup de chemin a été parcouru. 

De modestes débuts

La clinique connaît de modestes débuts en 1988, lorsque Michel Potvin commence à exercer dans le sous-sol d’une maison située dans le rang Notre-Dame.

Soignant surtout les grands animaux comme les bovins, la demande se fait au fil du temps plus importante pour les petits animaux.

« Ça commençait à venir cogner à la porte pour les chiens et les chats, se souvient sa fille, Camille. C’était très simple, il y avait une table et un vieux frigidaire dans lequel on entreposait les vaccins. »

En 2004, Dr Potvin décide de se consacrer exclusivement aux petits animaux. Prenant de l’expansion, la clinique change plusieurs fois d’emplacement : dans les anciens locaux de Fleuri-Carole sur la rue Saint-Cyrille, dans l’ancienne pharmacie Essaim de la rue Saint-Pierre et dans la rue Saint-Joseph depuis 2017.

Les nouveaux locaux disposent de nombreuses salles pour la consultation ou les interventions ainsi que d’un grand sous-sol offrant de l’espace pour du toilettage ou des cours de dressage.

Le nouvel emplacement rue Saint-Joseph permet de mieux répondre aux besoins des clients, avec des locaux plus spacieux et une plus grande facilité pour se stationner. 

En trois décennies, Michel Potvin a pu observer une évolution dans les soins animaliers : « Les gens prennent davantage soin de leurs animaux, devenus des membres à part entière de la famille. Il y a une meilleure alimentation et beaucoup de prévention. »

Le vétérinaire ajoute que l’apparition des spécialistes (orthopédie, cardiologie, dermatologie ou encore neurologie) et des techniciennes en santé animale a également changé la donne. « Ça nous a permis de pousser la médecine vétérinaire plus loin et d’offrir davantage de services », explique-t-il.

Aujourd’hui, Michel Potvin exerce toujours dans la clinique, mais a passé la main à sa fille Camille et à Andréanne Trudel, les nouvelles propriétaires.

« Au départ, je ne voulais pas suivre les traces de mon père, avoue Dre Potvin en riant. J’ai fait des études en enseignement, mais finalement, aimant beaucoup les animaux et les rapports humains, je suis quand même devenue vétérinaire. Mon père a été un très bon prof pour moi. »

Andréanne Trudel, native de Saint-Léonard-de-Portneuf, a pour sa part rejoint la clinique en 2004 comme technicienne en santé animale. Depuis plusieurs années, elle s’est mise à effectuer des tâches connexes, notamment d’un point de vue administratif.

« Dans notre équipe, on est tous très complémentaires, on a chacun nos forces », mentionne Camille Potvin.

Une belle ambiance de travail et une clientèle fidèle

« Ce que l’on reflète dans le milieu vétérinaire, c’est que les gens aiment travailler chez nous », constate Michel Potvin.

Alors que certaines cliniques font face à un manque criant de main-d’œuvre, ce n’est pas le cas à Saint-Raymond. « On est chanceux, car on a des employés fidèles, affirme Andréanne Trudel. Certaines techniciennes ont plus de dix ans d’ancienneté. »

Mme Trudel ajoute : « On a également une clientèle fidèle. On est à Saint-Raymond et malgré tout, des clients viennent de Québec et même de plus loin. »

Le docteur Michel Potvin en pleine opération.

Pour Camille Potvin, cette fidélité de la clientèle s’explique par la philosophie de la clinique : « Ici, les clients ne sont pas des numéros, il y a vraiment un aspect humain. On veut toujours offrir le meilleur, mais on est également conscients que nos clients n’ont pas toujours les moyens financiers de se le permettre. C’est pourquoi on essaye toujours de trouver des alternatives. On a des plans A, B, C, D et même E, et on sauve les animaux. »

L’avenir

Michel Potvin explique que de nombreuses cliniques rejoignent des bannières, notamment américaines.

« On tient à demeurer indépendant, ça nous donne une belle autonomie, assure sa fille. On ne cherche pas à devenir plus gros, l’important pour nous c’est d’offrir un bon service à notre clientèle et de conserver une belle ambiance de travail. »

Dre Potvin envisage de développer le créneau de la médecine sportive et d’élevage. « J’aime beaucoup les chiens de traîneau et je m’intéresse également de près à la reproduction, fait-elle savoir. En médecine vétérinaire, il y a vraiment une infinité de possibilités ! »

Sur la photo principale, de gauche à droite : Dre Camille Potvin, Andréanne Trudel, Dr Michel Potvin.

À lire également : Saint-Raymond : la Clinique vétérinaire dans ses nouveaux locaux

#Suivez-nous sur Instagram