fbpx

Portneuf-Jacques-Cartier : Jean Cloutier, candidat des Verts

Portneuf-Jacques-Cartier : Jean Cloutier, candidat des Verts

C’est un candidat à la longue feuille de route qui se présentera pour le Parti Vert  dans Portneuf-Jacques-Cartier aux élections fédérale du 21 octobre.

Se définissant comme « vert, indépendantiste et communariste solidaire », Jean Cloutier croit que le Québec est à un moment charnière pour avoir un premier député vert.

Ce résident de Grondines (Deschambault-Grondines) milite dans le Parti Vert depuis 2006, et peut ainsi se targuer d’être l’un des plus anciens militants du Parti Vert du Canada.

Depuis deux ans, il est porte-parole de l’Aile québécoise du Parti vert du Canada pour la grande région de Québec.

Jean Cloutier a assumé la direction du Parti vert du Québec, a été délégué international et conférencier aux trois derniers Congrès des verts mondiaux de Sao Paulo, Dakar et Liverpool, a co-fondé le premier parti vert municipal à Québec, soit le Défi vert, a co-fondé l’aile québécoise du Parti vert du Canada qu’il a présidée pendant plusieurs années, et a été candidat à deux reprises pour le Parti vert du Canada dans Louis-Saint-Laurent en 2008 et 2011.

La liste de ses implications est encore longue. À titre d’implication sociale, il a notamment occupé le poste de vice-président du Festival du film pour l’environnement.

Jean Cloutier est un indépendantiste. L’article 6 de la charte du Parti vert reconnaît d’ailleurs le droit à l’autodétermination des peuples, .

« Mais je suis plus vert qu’indépendantiste », précise-t-il.

Le programme du Parti vert du Canada ne porte pas seulement sur l’environnement. On y propose le revenu minimum garanti universel, une priorité qu’il définit ainsi :

« On ne peut pas s’occuper de sauver la planète et les êtres vivants sans qu’on ait un minimum garanti de revenu ».

Parti « pacifique », le Parti vert diminuerait les investissements dans le secteur de la défense pour l’investir dans la protection de l’environnement.

« On vise, dans un gouvernement minoritaire, d’être la balance du pouvoir comme c’est le cas actuellement en Colombie britannique », dit-il.

En effet, les trois députés verts permettent au gouvernement néo-démocrate de s’y maintenir au pouvoir. « C’est ce qui fait qu’on a pu interdire un pipeline en Colombie britannique ».

Depuis la récente élection à l’Île-du-Prince-Édouard, le parti vert provincial occupe l’opposition officielle.

Au fédéral, il croit que le candidat dans Nanaimo-Ladysmith Paul Manly sera le deuxième député vert après la chef Elizabeth May».

À quelques jours d’une élection partielle (6 mai), il est premier dans les sondages.

Pour Jean Cloutier, c’est le début de la vague verte à six mois des élections, avec une « vague verte » qui vient de l’ouest et un « tsunami » qui vient de l’est.

L’homme de 57 ans croit à ses chances. « Il se passe quelque chose dans Portneuf qui ne se passe pas ailleurs ». Jean Cloutier fera d’ailleurs la tournée des municipalités à bord de son Westphalia pour y rencontrer les élus.

Photo : Jean Cloutier se présente pour le Parti Vert

#Suivez-nous sur Instagram