fbpx

La chaudière à biomasse est installée à Saint-Gilbert

La chaudière à biomasse est installée à Saint-Gilbert

Saint-Gilbert dispose maintenant d’un atout pour réduire ses coûts d’exploitation. L’installation d’une chaudière à la biomasse devrait permettre de réduire les coûts de chauffage de plusieurs bâtiments communautaires.

 
Les travaux entourant la chaufferie collective à la biomasse sont presque terminés et une visite a été organisée, hier dans le cadre de l’assemblée générale annuelle de la Chambre de commerce du secteur ouest de Portneuf.
 
La résidence pour personnes âgées Le Chaînon, l’église de Saint-Gilbert, les bureaux municipaux ainsi qu’un domicile privé sont désormais tous connectés au système. Les coûts de chauffage des trois bâtiments publics devraient être divisés en quatre grâce au nouveau système.
 
Après plus de deux ans de travail, le Groupe d’action en développement durable a complété son premier projet majeur en assistant la Municipalité de Saint-Gilbert dans l’établissement de ce système de chauffage alternatif.
 
La chaudière de 100 kilowatts a été conçue par la firme Écosens Énergie de Shawinigan et fabriquée par Transfab TMS, une entreprise établie à Boucherville.
 
ProMétal Plus est également impliqué dans certains volets du projet. L’entreprise installée dans le parc industriel de Deschambault a entre autres fabriqué le réservoir en acier de 600 gallons où sera stockée l’eau chauffée à environ 50 oC.
 
Les quatre bâtiments pourront profiter chacun d’une conduite indépendante d’eau chaude et d’eau refroidie, de sorte qu’ils pourront être chauffées de façon autonome.
 
Si plusieurs chaudières alimentées à la biomasse sont actuellement en service au Québec, le modèle de Saint-Gilbert, c’est-à-dire une petite chaufferie communautaire alimentée localement, est encore en émergence.
 
L’équipe qui a travaillé sur le projet a innové, entre autres en assurant une totale autonomie du livreur de biomasse. Ce dernier pourra décharger les copeaux directement dans la réserve de combustible, qui sera protégée des intempéries par des portes en acier à ouverture automatique. Des râteaux amèneront ensuite la matière vers une vis sans fin qui alimentera la chaudière.
 
La pédagogie par l’action
 
Jean-Pierre Naud est président de la Chambre de commerce de l’ouest tout en étant un des instigateurs du Groupe d’action en développement durable. Il espère que l’établissement de la chaufferie communautaire de Saint-Gilbert incitera d’autres municipalités, dans Portneuf et au Québec, à mener leur propre projet communautaire d’efficacité et d’autonomie énergétique.
 
Maire de Saint-Gilbert depuis l’an dernier, Léo Gignac a mentionné qu’il était lui-même sceptique lorsque le projet a été mis sur la table, même s’il voit aujourd’hui d’un très bon œil l’établissement de la chaudière.
 
Selon Jean-Pierre Naud, l’approvisionnement en biomasse est un des facteurs clés pour que ce projet réponde à des normes de développement durable. On s’est donc assuré de pouvoir se procurer la matière localement. C’est un entrepreneur local, Germain Durocher, qui s’est vu confier le contrat d’approvisionnement. Les copeaux ne parcourront que quelques kilomètres pour se rendre à la chaufferie.
 
En plus d’être efficace et écologique, l’approvisionnement local en ressources énergétiques assure une plus grande contribution à l’économie locale. Le Groupe d’action estime que pour chaque dollar investi dans le mazout, ce ne sont que 10 sous qui restent dans l’économie locale. Dans le cas de la biomasse forestière ce sont 90 sous pour chaque dollar investi qui restent dans l’économie locale.
 
On estime qu’au total, ce sera environ 80 tonnes de biomasse qui seront nécessaires annuellement pour alimenter la chaudière. Cela représente d’importantes économies pour la Municipalité de Saint-Gilbert. Alors qu’elle devait débourser environ 30 000 dollars par année pour s’approvisionner en huile à chauffage, c’est moins de 7000 dollars qui devraient maintenant suffirent pour acheter la biomasse nécessaire.
 
À noter que les anciens systèmes à l’huile resteront en place dans les bâtiments concernés et pourront être mis à contribution au besoin.
 
On a indiqué que la chaufferie à la biomasse allait être l’objet d’une ouverture officielle lors de son démarrage à l’automne prochain. Toute la population sera alors conviée à visiter les installations.



Le maire Léo Gignac, Jean-Pierre Naud et Sylvain Deshaies de ProMétal.

#Suivez-nous sur Instagram