fbpx

Modification de l’interdiction des feux à ciel ouvert

Modification de l’interdiction des feux à ciel ouvert

QUÉBEC | Il est toujours risqué de perdre rapidement le contrôle des feux allumés lors du nettoyage du printemps. Ces brûlages de rebuts et de matières résiduelles, qui ont échappé à l’attention, sont à l’origine de près de la moitié des incendies survenus depuis le début du printemps au Québec.

En outre, ce danger est accentué par la disparition du couvert de neige et l’évolution des conditions météorologiques.

Carte des territoires visés. Crédit: Courtoisie, SOPFEU

C’est pourquoi le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs en collaboration avec la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) ont modifié en début de semaine l’interdiction de faire des feux à ciel ouvert en forêt ou à proximité.

L’interdiction s’étend désormais dans plusieurs régions de la Capitale-Nationale, dont évidemment Portneuf.

On vise également par cette interdiction à préserver la capacité opérationnelle de la SOPFEU et des services incendie municipaux en période de pandémie, de même que d’éviter la propagation du virus lors des interventions sur le terrain.

En date du lundi 18 mai, la SOPFEU rapportait six incendies en activité au Québec. Depuis le début de la saison de protection, 191 incendies ont touché 132,9 hectares. Notons que selon la moyenne des dix dernières années à la même date, ce sont 122 feux qui ont touché 382,9 hectares.

Dans Portneuf depuis le début de la saison, quatre incendies de forêt ont touché un total de 0,6 hectare de superficie. Les causes sont le brûlage de rebuts et d’abatis. La moyenne portneuvoise des dix dernières années à la même date est de deux incendies ayant touché quatre hectares.

Photo: Unsplash

#Suivez-nous sur Instagram