Courir pour la paix dans le monde

En 1987, Sri Chinmoy a fondé la Course de la Paix dans le but de promouvoir l’amitié et la compréhension entre tous. Cette course à relais n’a depuis cessé d’attirer les foules et, aujourd’hui même, cinquante-cinq enfants ont profité du passage des participants à Donnacona pour les encourager et courir avec eux.

Provenant d’Ukraine, de Colombie, du Canada et d’Australie, pour ne nommer que quelques pays, les hommes et les femmes qui courent actuellement pour la paix en Amérique du Nord ont fait une courte escale dans notre région.

Après avoir couru avec certains jeunes du camp de jour de Donnacona, alors que les autres les encourageaient dans le parc qui se trouve derrière l’aréna, les athlètes ont évidemment tenu à se présenter. Ils ont aussi chanté pour tous les enfants qui les ont accueillis.

Des diverses prises de parole, on retiendra celle de Vidura Groulx. À titre de coordonnateur de la Course de la Paix pour les étapes qui doivent être complétées au Québec, il a expliqué que c’est à la mi-avril qu’une équipe de coureurs s’est lancée dans une nouvelle édition de la Course de la Paix.




Le coup d’envoi de leur périple de quatre mois a été donné au siège de l’Organisation des Nations unies, à New York, et a notamment mené les participants à San Francisco, Vancouver, Chicago et Montréal. Après Donnacona et Québec, a-t-on appris, c’est dans les Maritimes puis de nouveau à New York que se déroulera puis prendra fin la course.

Les élèves du camp de jour de Donnacona ont découvert que leurs invités spéciaux ont franchi 12 000 des 17 600 kilomètres qui sont à leur agenda. C’est beaucoup, mais sachez qu’en Europe, c’est un trajet s’étendant sur plus de 25 600 kilomètres que complètent leurs homologues. Dans les deux cas, tous les participants dévoilent à ceux qui veulent bien l’entendre que « la paix est en chacun de nous ».

course_paix2018_2

Les jeunes du camp de jour de Donnacona ont écouté attentivement leurs invités.

Comme « ils travaillent en silence pour les enfants », lesquels « sont notre futur », a révélé Vidura Groulx, son équipe et lui ont décerné un certificat à l’équipe de moniteurs du camp de jour de Donnacona.

Enfin, s’il est une idée qu’ont sans doute retenue les jeunes de leur rencontre avec les passionnés qui courent dans les pas de Sri Chinmoy, c’est bien que la paix est fort précieuse.

Photo principale : Certains jeunes ont eu la chance de courir avec la torche que transportent les participants.