Mira : près de 250 convives à la 3e édition du Souper dans le Noir

Après Pont-Rouge et Donnacona, Saint-Raymond a accueilli la 3e édition du Souper dans le Noir. Le 26 mai, le temps d’un soir, près de 250 personnes ont vécu la réalité des non-voyants en portant des masques sur les yeux.

Au Centre multifonctionnel Rolland-Dion, les convives sont accueillis par des bénévoles et des chiens Mira.

Mira_3e_souper1

Un chiot Mira se fait flatter.

Après une dégustation de sushis, les personnes présentes sont invitées à se bander les yeux et à rejoindre en file indienne la grande salle pour le souper.

« Imaginez-vous, ce soir vous-êtes autour de 250 personnes », lance au micro Rachel Lunardi, directrice de l’Est du Québec pour la Fondation Mira.

Mme Lunardi poursuit avec humour : «  On pourrait même dire que vous êtes près de 400, vous ne me voyez pas, je peux dire ce que je veux. Donc vous êtes au-delà de 5000 personnes ce soir. Ça en prend du matériel en cuisine ! »

Des élèves de l’école secondaire de Donnacona et du Centre de formation de Portneuf assurent le service, dans une belle ambiance.


Afin de vivre l’expérience jusqu’au bout, les photos ci-dessus ont été prises les yeux bandés.

Avant que le souper ne démarre, Rachel Lunardi donne quelques conseils : « Il ne faut pas saisir directement votre verre. Il faut flatter la table tout doucement jusqu’à atteindre votre récipient. »

Recueillir des fonds pour Mira

Si le Souper dans le Noir sensibilise la population à ce que peuvent vivre les non-voyants, il permet également de recueillir des fonds pour la Fondation Mira.

Hugo Lamothe, président du Groupe Unifrein et président d’honneur de la 3e édition de l’événement, rappelle que l’organisme ne bénéficie d’aucune subvention gouvernementale. « On a vraiment besoin de gens qui s’impliquent », fait-il savoir.

Tout au long du souper, des tirages sont organisés au profit de la Fondation.

Au terme de la soirée, Rachel Lunardi remercie chaleureusement bénévoles, partenaires et commanditaires ainsi que Marilyn Vigneaut, coordonnatrice aux événements pour Mira, qui ont contribué au succès de l’activité.

« Nous avons la chance une fois le souper terminé de pouvoir enlever notre bandeau, souligne Mme Lunardi. Il ne faut pas l’oublier et avoir une pensée pour les personnes non voyantes. » La directrice pour l’Est du Québec, qui compte 23 années passées chez Mira, affirme n’avoir jamais vu autant de jeunes participer à un Souper dans le Noir.

Chaque année, la Fondation Mira remet plus de 200 chiens à des personnes vivant avec un handicap visuel ou physique, ainsi qu’à de jeunes autistes. Chaque chien entraîné représente un investissement de près de 30 000 $.