Pas de nouveau mandat pour Michel Matte

Il y avait de l’émotion dans l’air mardi matin dans le bureau de Michel Matte. C’est après mûre réflexion que l’actuel député de Portneuf à l’Assemblée nationale a annoncé qu’il ne se représenterait pas en vue de la prochaine élection.

Âgé de 68 ans, Michel Matte veut maintenant passer à autre chose. Même s’il y avait beaucoup de pression pour qu’il sollicite un nouveau mandat, M. Matte a tout de même décidé de délaisser le monde de la politique à titre de député.

Il devient ainsi le 11e député ou ministre du gouvernement libéral à annoncer qu’il ne serait pas sur les rangs à l’élection d’octobre prochain.

« Je vous rencontre aujourd’hui pour vous annoncer le fruit de mes réflexions depuis quelques jours », a déclaré Michel Matte en ouverture de point de presse.

« Les défis sont encore là, beaucoup de travail reste à faire pour le développement de Portneuf. J’ai donc entamé une longue et déchirante réflexion en compagnie de mon épouse Marjolaine », a poursuivi Michel Matte.

« C’est avec émotion mais aussi avec une certaine sérénité que nous avons convenu qu’après plusieurs années d’implication et d’engagement, il était maintenant temps de profiter de la vie d’une façon différente ».

Après deux mandats, Michel Matte se dit fier de ses réalisations et part avec le sentiment du devoir accompli. En point de presse, il a énuméré ces accomplissements : le CHSLD à Pont-Rouge, le CPE Le Jardin des Abeilles à Cap-Santé, Le Kangourou à Neuville, le gaz naturel à Saint-Marc-des-Carrières, les rénovations du troisième étage à l’Hôpital régional de Portneuf, l’ajout des services de proximité, le TACO, le Fonds de relance industrielle à Donnacona, Saint-Raymond et Saint-Léonard, l’appellation protégée du maïs de Neuville, les rénovations d’écoles, le Fonds de la Capitale-Nationale, « et je pourrais en mentionner beaucoup d’autres encore », précise-t-il.

Avouant ne pas avoir de plan de carrière, Michel Matte dit vouloir continuer à « mettre de la vie dans ses années et rester actif ». Il évoque diverses possibilités : poste sur un conseil d’administration, consultant auprès d’organismes ou d ‘entreprises, investisseur, ou simple retraité.

« Une chose est sûre, je tenterai d’apprivoiser ma relation avec le temps et comment mettre de la lenteur dans ma vitesse. Dire oui en politique est une décision difficile, dit-il encore, mais dire non, c’est doublement difficile. Je garderai toujours un souvenir impérissable de cette belle aventure, merci de m’avoir fait confiance », a-t-il conclu.

Il restera à l’organisation portneuvoise du PLQ à se trouver un nouveau candidat. Aucune échéance n’est annoncée pour le moment.