Le programme d’un restaurateur pour contrer la pénurie de personnel

« La grosse problématique de la restauration en général, c’est le personnel ». C’est un restaurateur qui l’affirme. Hugo Lefebvre sait de quoi il parle, lui qui a de la difficulté à recruter du personnel pour son restaurant, particulièrement lors des trois dernières années.

« C’est comme ça partout, explique le propriétaire du Subway de Saint-Raymond, mais ici c’est un peu moins pire qu’en ville où c’est épouvantable ».

Moins pire peut-être, mais tout de même assez pour avoir dû fermer plus tôt certains soirs en raison d’un manque d’effectifs.

Le problème vient souvent du fait que les employés ont beaucoup d’autres activités, et la pénurie de personnel fait qu’ils ne peuvent se faire remplacer. Ils ne peuvent donc pas se présenter au travail, ou ils s’en désintéressent.

Mais une solution potentielle s’est pointée quand Hugo Lefebvre a commencé à recevoir des curriculum vitae de jeunes de 13 ou 14 ans qui se cherchent un emploi et qui appliquent. « Ce sont les plus débrouillards, les plus « quick »», commente M. Lefebvre.

Le restaurateur a donc décidé de créer un programme à l’intention de ces jeunes, avec objectif d’en engager plus, pour qu’ils n’aient pas à travailler 20 heures semaine.

subway2

Quelques-unes des nouvelles employées en formation.

Pris à 14-15 ans, ils peuvent travaller 4 à 5 ans au resto et ainsi diminuer le roulement.

Il s’agit donc d’établir une façon de concilier travail, études, sport et activités familiales. « Si on ne travaille pas dans ce sens-là, ils vont simplement ne plus se présenter », croit-il.

« Je suis de l’âge de leurs parents, dit Hugo Lefebvre, je les connais ».

Au moment de notre entrevue, sept jeunes avaient été recrutés dans le cadre de la mise en place de cette idée originale. Une fois le travail débuté, ils pourront établir une rotation entre eux.

« On veut rendre ça le fun, exprime M. Lefebvre, que le fait de travailler chez Subway c’est trippant ».

subway1

Le propriétaire Hugo Lefebvre entouré de la superviseure Mélanie Morasse et de la gérante Karine Roussin.