Le maïs sucré de Neuville enfin protégé

Après un long processus administratif et réglementaire, l’appellation « Maïs sucré de Neuville » est désormais réservée, garantissant ainsi aux consommateurs l’authenticité de sa provenance. Une dizaine de producteurs répondent aux critères permettant l’utilisation de cette appellation.

Halte aux usurpateurs ! Dorénavant, les mordus de blé d’Inde pourront s’assurer que leur produit provient bel et bien du territoire de Neuville. Il suffira de chercher le logo de l’identification géographique protégée (IGP) ainsi que celui d’Ecocert Canada (semences sans OGM).

Les dénominations apparentées « Maïs de Neuville », « Blé d’Inde de Neuville » et la traduction anglaise « Neuville sweet corn » sont également reconnues.

Les commerçants s’appropriant sans autorisation l’appellation réservée s’exposent à de lourdes amendes et des poursuites pénales.

« La nouvelle appellation réservée assure une sécurité aux producteurs », a affirmé Michel Matte, député de Portneuf. « C’est une belle marque de reconnaissance qui vient renforcer la notoriété agricole de la province », a-t-il ajouté.

DSCN8609

L’annonce de la nouvelle appellation réservée a été faite au Vieux Presbytère de Neuville.

Un long processus de reconnaissance

Le chemin vers la certification a été long et exigeant. L’Association des producteurs de maïs sucré de Neuville avait déposé une demande d’IGP auprès du Conseil des appellations réservées et des termes valorisants (CARTV) en 2014.

Un cahier de charges avait ensuite été soumis et avait fait l’objet d’une consultation publique.

Bernard Gaudreau, maire de Neuville et préfet de la MRC de Portneuf, a chaudement félicité les producteurs : « Ils ont su être patients et mettre en valeur leur produit. C’est un bel exemple pour les autres producteurs agricoles. »

Il existe peu de produits portant le logo de l’IGP dans la province. On peut citer le Cidre de glace du Québec, le Vin de glace du Québec ou encore l’Agneau de Charlevoix.

Particularités du Maïs sucré de Neuville

La culture du maïs dans la région de Québec remonte à plusieurs siècles. La première mention écrite relative à la culture du maïs à Neuville date de 1668. Au siècle dernier, le blé d’Inde sucré est devenu le produit phare de la municipalité.

Un climat favorable ainsi que des sols sablo-limoneux en terrasses ont favorisé l’exploitation de champs de maïs sucré de grande taille.

Le produit est cueilli à sa maturité optimale et ensuite vendu rapidement pour satisfaire les consommateurs qui s’attendent à un maïs bien sucré, tendre et juteux après cuisson.

DSCN8603

De gauche à droite : Bernard Gaudreau (maire de Neuville et préfet de la MRC de Portneuf), Gaétan Gaudreau (président de l’Association des producteurs de maïs sucré de Neuville) et Michel Matte (député de Portneuf).