Expansion du parc industriel et tourisme : La CDSR gère d’importants dossiers

C’est bien connu, la Corporation de développement de Saint-Raymond (CDSR) a pour mission de contribuer au développement économique de la municipalité, et ce, tant au niveau industriel et commercial que touristique. Cela dit, c’est principalement de l’expansion du parc industriel numéro deux et de tourisme dont a parlé Matthew Gagné lors du troisième déjeuner du maire Daniel Dion.

En ce qui a trait au parc industriel numéro deux, lequel se trouve en bordure du Grand Rang, c’est avec enthousiasme que le directeur au développement de la CDSR a dévoilé qu’il accueillera bientôt de nouvelles entreprises. Alors que DERYtelecom a pris la décision de déménager son centre de distribution régional dans les anciens locaux de The Beam (son centre de service demeurera au centre-ville) et que Les entretiens Laflamme ont aussi arrêté leur choix sur une bâtisse existante, a précisé M. Gagné, c’est dans une construction neuve que Bâtiments Haut-Niveau entend se développer. À cela, il faut ajouter qu’une autre entreprise a acheté un terrain de 186 000 pieds carrés, soit le plus imposant de tous ceux qu’on retrouve dans le parc industriel. Ce parc, sachez-le, s’étend sur 20 millions de pieds carrés et se démarque par le potentiel qu’il a d’accueillir des entreprises de grand gabarit.

Bien que les nouveaux venus du parc n’y aient pas fait appel, Matthew Gagné a tenu à expliquer que le Programme d’implantation de la CDSR permet toujours aux promoteurs admissibles d’être locataires pendant cinq ans d’un bâtiment industriel construit sur mesure pour eux. Ils doivent ensuite en faire l’acquisition. Actuellement, a-t-il dévoilé, le programme assure le maintien d’une trentaine d’emploi en sol raymondois. Au total, profitons-en pour dire qu’on retrouve quatorze entreprises dans chacun des deux parcs industriels de la ville et qu’un grand total de deux cents employés y travaillent. Alors que le parc industriel numéro un a une valeur municipale de 3,6 M $, celle du parc industriel numéro deux s’élève à près de 4,5 M$.

Par ailleurs, on retiendra qu’un plan directeur a été développé, l’an dernier, afin de « déterminer la trame des rues, la localisation des terrains selon les gabarits et les fonctions anticipées des secteurs du parc [industriel numéro deux] ». M. Gagné s’est aussi fait un plaisir de dévoiler, toujours lors du déjeuner du maire de Saint-Raymond, qu’une étude sera complétée cette année en vue de la construction d’un réseau d’aqueduc. Ajoutons que trois nouvelles rues ont été construites dans le parc l’an passé.

En matière de tourisme, Matthew Gagné n’a pas manqué sa chance de rappeler que la motoneige et le vélo de montagne sont les deux produits d’appel sur lesquels mise la CDSR. En plus de collaborer à plus d’une dizaine de projets touristiques qu’on doit à des promoteurs indépendants, l’organisation qu’il dirige s’implique activement dans la tenue d’activités dites porteuses. La promotion des circuits autoguidés KM-Zéro, la coordination du Salon nature Portneuf, la bonification du marché public, la participation au projet Destination Saint-Raymond et la coordination du dossier de la passerelle multifonctionnelle sont du lot. C’est sans compter tous les efforts qui sont investis en promotion.

Heureusement, l’équipe de Tourisme Saint-Raymond et ses partenaires récoltent ce qu’ils sèment. Grâce à eux, Saint-Raymond s’est hissée dans le « top 10 » des municipalités plein air Radio-Canada – Géo Plein Air en 2015 et dans celui des dix meilleures villes d’aventure du Canada du magazine Explore en 2016. Ces distinctions contribuent certes à la renommée de Saint-Raymond où, soit dit en passant, se trouve le seul bureau d’accueil touristique de la région de Portneuf.

S’il suffit de se rendre au www.developpement.villesaintraymond.com pour avoir plus de détails sur la CDSR, on s’en voudrait, en terminant, de ne pas mentionner qu’elle est mandataire de la SAAQ et qu’elle est fort impliquée dans le comité d’achat local de Saint-Raymond.

cdsr_avril2017_2

Le parc industriel numéro deux regroupe actuellement quatorze entreprises.