Maison Mirépi : un 6e Zumbathon le 25 février

C’est une maison qui répond à un besoin criant… et qui a des projets importants. La Maison Mirépi tiendra son sixième Zumbathon annuel le samedi 25 février 2017 au Centre multifonctionnel Rolland-Dion de Saint-Raymond. On y attend plus d’une centaine de participants.

Mirépi se définit comme une « maison d’hébergement pour femmes et enfants victimes de violence et pour les femmes en difficulté », tel qu’on peut le lire sur le site web mirepi.com.

Mardi matin dans les murs du restaurant Le Mundial de Saint-Raymond, les responsables de la Maison Mirépi annonçaient la tenue du sixième Zumbathon annuel, pour la première fois sous la présidence d’honneur d’une femme, en l’occurrence Mme Josée Leclerc, associée de la société de comptables agréés Bédard Guilbault inc.

« En 2015-2016, c’est plus de 6000 personnes qui ont été rejointes par nos services. Je peux vous dire que c’est 2000 de plus que les années précédentes », annonce la directrice générale Martine Labrie. Ces personnes ont été rejointes directement, pas les interventions familles enfants, ou indirectement via des sensibilisations ou des conférences offertes dans la région.

Comme dit précédemment, le besoin est croissant. « Nous avons dû refuser 53 demandes en hébergement cette année, par manque de place », déplore Mme Labrie. Il s’agit d’une importante augmentation, puisque ce chiffre était à 23 et 17 les années précédentes.

Avec un taux d’occupation de 100 %, et qui a même atteint le taux « incroyable » de 200 % pendant l’été, c’est là aussi une bonne augmentation puisque le taux d’occupation était normalement de 80 à 90 %. « 200 % ça veux dire deux maisons en une, avec un personnel de 100 % ! »

Mirépi a reçu pendant l’année une centaine de personnes incluant les enfants. « Nos chiffres parlent d’eux mêmes, et ils racontent l’urgence d’agir afin de pouvoir héberger plus de femmes et d’enfants, et ce à plus long terme », ajoute la d.g.

Voilà donc ce qui mène au projet de deuxième étape, qui avance « à petits pas ». Les quatre derniers Zumbathons ont servi à créer un fonds de démarrage pour la réalisation de ce projet. Cent vingt-cinq milles dollars (valeur en argent et services) sont accumulés à date. Des approches auprès de la SHQ et de la SCHL ont été faites, et l’organisme est en attente du programme PAMH (Programme d’amélioration des maisons d’hébergement), un programme fédéral qui est transféré présentement au provincial et qui pourrait aider à une réalisation plus rapide du projet, explique Mme Labrie.

Une fois une entente intervenue en vertu de ce programme, la maison 2e étape pourrait débuter ses travaux dans les deux ans qui suivent. Il s’agit d’un projet estimé entre 700 000 et 800 000 $, qui comporterait environ 5 logements plus une salle de réunion, etc. Cette maison serait dédiée à l’hébergement à plus long terme, soit plus de trois mois.

Actuellement, la durée moyenne de séjour à la Maison Mirépi est de 43 jours, mais il faut plus de temps, selon Mme Labrie, pour « tout régler, effacer des années de violence, rééquilibrer le budget, retourner aux études, etc ».

L’objectif du 6e Zumbathon est de recueillir plus de 35 000 $. « D’année en année, dit Martine Labrie, nous arrivons à atteindre notre objectif et même à la dépasser, et ce grâce à la générosité, l’énergie et la coopération de tous ». Rappelons que l’an dernier, le Zumbathon avait rapporté 45 000 $.

« La Zumba aide à briser l’isolement, favorise la solidarité et la coopération, aide à augmenter la confiance et l’estime de soi tout en se mettant en forme en dansant au rythme des musiques du monde », clame la directrice générale.

Par ailleurs, les participants ne sont pas obligés de danser, mais peuvent simplement venir porter des dons ou les envoyer par PayPal sur le site web mirepi.com.

Pour la présidente d’honneur Josée Leclerc (dont la firme comptable célébrera ses 50 ans de fondation en 2017), « s’impliquer auprès d’un organisme régional qui vient en aide à des familles de Portneuf, c’est un peu une façon de retourner au milieu et de partager. J’ai accepté avec enthousiame la présidence d’honneur avec l’appui de mes jeunes associés », a déclaré Mme Leclerc.

Toute l’équipe de Bédard Guilbault sera donc au service du Zumbathon, assure-t-elle, ce qui est déjà commencé au niveau de la sollicitation. Mme Leclerc souligne par ailleurs le caractère particulier de cet événement accessible à tous.

Cette année, c’est une très belle oeuvre de l’artiste peintre Gisèle Boulianne intitulée « Le vélos bleus » qui fera l’objet d’un tirage. « Ça représente la course que nous avons nous même dans notre vie. On a des projets, on passe à l’action, on va de l’avant, un peu comme la Maison Mirépi », a déclaré Gisèle Boulianne.

Le coût de participation est de 15 $ en prévente et de 20 $ le jour même.  Informations : site web mirepi.com, page Facebook. Feuilles de commandites disponibles au 418 337-4809.

mirepi_conf-presse_zumbathon2

Montrant la toile qui sera tirée lors du Zumbathon : au centre l’artiste Gisèle Boulianne et la présidente d’honneur Josée Leclerc sont entourées de Johanne Jobin et Martine Labrie, présidente et directrice générale de la Maison Mirépi.