Un sujet touchant « Autour du dormeur de la plage »

Ce n’est pas un sujet facile ou anodin que l’enseignante en art dramatique Odile Pelletier a proposé à sa troupe étudiante pour leur spectacle de fin d’année, à l’école secondaire Louis-Jobin. Elle-même touchée par un texte de Stéphane Laporte paru début septembre 2015 dans La Presse+, elle a voulu toucher à son tour en partageant cette émotion avec ses jeunes auteurs et acteurs.

Le texte « Le dormeur de la plage », de Stéphane Laporte, fait bien sûr référence au célèbre poème de Rimbaud, Le dormeur du val, vision d’un soldat qui semble dormir « dans un trou de verdure », mais qui est en fait une victime des combats avec ses « deux trous rouges au côté droit ».

Dans Le dormeur de la plage, ce n’est pas un sodat, c’est un petit enfant, bien réel et dont la tristement célèbre photo a fait le tour du monde bien des fois. Un enfant mort sur la plage, avec près de lui, un secouriste arrivé trop tard.

Touchée, donc, par le texte de Stéphane Laporte, Odile Pelletier a l’idée d’en faire une pièce de sensibilisation au sort des réfugiés sous le titre « Autour du dormeur de la plage ».

Une vingtaine d’élèves ont écrit des textes, parfois très personnels, parfois totalement fictifs. Des textes qui les ont amenés à de profondes réflexions, jusqu’à changer complètement leur point de vue sur la question pour certains d’entre eux.

Mis en scène par l’enseignante, les textes ont été joués par 17 d’entre eux et elles.

Pour boucler la boucle, le texte de Laporte faisait également partie de la pièce, avec prompte permission de son auteur.

« Le texte a touché les élèves, explique Mme Pelletier, ça a été le point de départ ».

Avec « Autour du dormeur de la plage », Odile Pelletier revient aux sources en quelque sorte. Toute nouvelle enseignante en 1984, elle aimait monter des créations collectives avec ses élèves.

Odile Pelletier prendra sa retraite de l’enseignement l’an prochain, et il s’agissait de son dernier grand projet avec ses élèves. Elle n’a pas compté précisément, mais elle estime avoir monté plus d’une quarantaine de pièces de théâtre avec ses étudiants.

« Je suis contente de finir avec cela, commente-t-elle, c’était beau ! »

Ce qu’elle gardera de ses années d’enseignement ? « C’est l’audace des jeunes, une fois qu’on a réussi à les convaincre. Avec de l’audace, on peut changer le monde », dit-elle.

Le théâtre est vaste, poursuit-elle, c’est un beau véhicule pour ouvrir le coeur du monde. On y découvre toutes sortes de choses, notamment sur notre relation aux autres.

« La présence des arts dans la vie des jeunes est super importante », clame Mme Pelletier, qui a souvent amené ses élèves voir des pièces pas toujours faciles, leur faisant ainsi découvrir de nouveaux horizons.

Une fois qu’elle sera retraitée de l’enseignement, Odile Pelletier entend rester bien présente dans notre décor culturel.

autour_du_dormeur_de_la_plage3

autour_du_dormeur_de_la_plage2

Deux photos ci-haut par Denis Baribault

autour_du_dormeur_de_la_plage1

L’enseignante Odile Pelletier a rejoint la troupe pour les salutations finales. Le groupe est rejoint par des membres du comité d’accueil de réfugiés de Saint-Raymond, qui se prépare à recevoir un groupe de Syriens dans les prochains mois.

Météo Portneuf