La Rosavie : une bière rose pour la cause du cancer du sein

Le sein représente la féminité d’une femme. Une phrase qui prend tout son sens lorsqu’une femme est victime du cancer du sein. 

Un nouvel appui envers ces femmes était annoncé jeudi dernier au Roquemont, alors que le restaurant, également microbrasseur, lançait la Rosavie, une bière framboisée dont une partie des profits de la vente ira à la recherche sur le cancer du sein.

Cette bière aux framboises, vous vous en doutez, est de couleur rose. Elle s’ajoute à tous les éléments et événements qui font de Saint-Raymond la seule ville rose de la région avec Québec.

« Depuis quelques années, a rappelé la co-propriétaire de l’établissement hôtelier Mily Ouellet, le Roquemont s’implique dans la cause du cancer du sein par le service traiteur lors du Souper rose. En nous associant à une cause dans notre communauté, nous pouvons faire la différence. ».

Le Roquemont offrira donc 100 litres de Rosavie, d’une valeur de 1300 $ à la vente. Les profits iront au Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia du CHU de Québec (Hôpital du Saint-Sacrement), où les personnes atteintes de cette maladie sont traitées.

On le sait, le cancer du sein touche tout le monde. Comme l’a précisé Christiane Huot, qui est étroitement associée à cette cause depuis plusieurs années et initiatrice de Saint-Raymond ville rose, une femme sur huit aura le cancer du sein au cours de sa vie.

« C’est une idée qui m’était passée par la tête depuis plusieurs années », explique Mme Huot à propos de cette bière rose. L’idée a pris forme en juin dernier lors d’une réunion, et pour une première fois, le produit concret a été servi en dégustation aux invités du point de presse de jeudi.

D’une teneur de 4,6 % d’alcool, la Rosavie est une bière blanche aux framboises, issue d’une fermentation lactique qui lui apporte une légère touche d’acidité. Un généreux ajout de framboises concassées congelées lui confère son arôme unique.

Son nom de Rosavie évoque sa couleur rose, couleur associée au mois du cancer du sein, et inclut le mot vie « pour donner espoir de vaincre la maladie et d’en ressortir plus fort ».

Par ailleurs, Christiane Huot s’est dite très fière de sa ville. « Je suis émue en voyant ça, dit-elle, le rose dans ma vie a pris une ampleur que je n’avais pas imaginé ».

Pour une cinquième année, on retrouve la couleur rose dans l’éclairage des deux clochers de l’église et des résidences St-Raymond, sur la façade d’édifices dont l’hôtel de ville et le centre multifonctionnel, de même qu’aux entrées de la ville. On voit même des résidences éclairées en rose.

Notons qu’un souper « rose » au profit de cette cause a réuni une soixantaine de personnes à la Fouchette du Roy le mercredi 3 octobre dernier.

Quant au 4e Souper rose de la Ville de Saint-Raymond, il aura lieu ce vendredi (12 octobre). Un nombre record de 330 convives y sont attendus au Centre multifonctionnel, et l’activité bénéfice se déroule à guichet fermé.

rosavie3

Le maître-brasseur du Roquemont, Karl Morasse, a élaboré la Rosavie.

Photo d’en-tête lors du lancement de la Rosavie : devant, les porteuses de lumière Diane Bédard et Christiane Huot sont entourées de Karl Morasse, du député nouvellement élu Vincent Caron, des copropriétaires du Roquemont Billy Ouellet et Mily Ouellet, de la conseillère Développement des initiatives de la communauté de la Fondation CHU de Québec, Jessica Lusignant, et du maire Daniel Dion.