William Alain reçoit un précieux coup de pouce

Depuis quelques semaines, le Raymondois William Alain, qui a perdu l’usage de ses bras et de ses jambes à la suite d’un accident de motoneige survenu en décembre 2015, peut entrer et sortir de sa maison comme bon lui semble. C’est qu’il vient de gagner en autonomie grâce à une aide financière de plus de 8 000 $ que lui a versée la Fondation Adapte-Toit.

Ce coup de pouce financier, nous a expliqué William Alain, alors que nous étions de passage chez lui, lui a permis d’acquérir et de faire installer deux ouvre-portes qu’il peut lui-même activer en passant devant l’œil magique qui se trouve à l’intérieur.

Jusqu’à tout récemment, celui qui se déplace en fauteuil roulant devait compter sur sa mère pour qu’elle lui ouvre la porte à chaque fois qu’il voulait entrer ou sortir de chez lui. S’il ne se privait pas vraiment d’aller voir son père bûcher derrière la maison ou de rendre visite à sa grand-mère qui reste tout près, il n’était évidemment pas aussi autonome qu’il l’aurait souhaité dans ses déplacements.

Comme les ouvre-portes ont facilité sa vie, William Alain nous a confié qu’il est encore plus motivé à se rendre là où il veut. Il n’en fallait pas plus pour que Julien Racicot, directeur-fondateur de la Fondation Adapte-Toit, nous parle du don qui a rendu tout cela possible comme d’une « mission accomplie ».



L’occasion étant belle de le faire, M. Racicot, qu’un accident d’auto a laissé paralysé des épaules aux orteils en 1999, a profité de son passage à Saint-Raymond pour nous parler un peu de lui et de la fondation qu’il a créée pour venir en aide aux personnes atteintes d’une lésion de la moelle épinière.

N’ayant pas fini son secondaire au moment où sa vie a pris un nouveau tournant, Julien Racicot n’a pas voulu laisser son existence filer sans se réaliser. C’est pourquoi il est retourné à l’école dès qu’il a pu. Fort des études qu’il a complétées en comptabilité, il s’est lancé en affaires et a été la tête d’une importante entreprise de gestion immobilière.

En 2015, après plusieurs années passées à faire ce qu’il aimait, M. Racicot a vendu sa compagnie et a décidé de « redonner au suivant » en se lançant dans un nouveau projet. Il faut dire qu’il se considérait alors chanceux d’être arrivé à se réaliser autant. C’est sans compter qu’il savait que toutes les personnes dans sa condition n’ont pas la chance d’avoir des soins à domicile, des proches extraordinaires et une maison adaptée comme lui.

En août 2017, la Fondation Adapte-Toit a organisé La Traversée Le courage d’avancer. Cette activité a permis d’amasser 260 000 $ en dons et commandites. De cette somme, 160 000 $ ont été reçus en argent et c’est grâce à cela que Julien Racicot et son équipe de bénévoles ont pu répondre positivement à la demande d’aide de William Alain.

De retour au travail

Après son accident de motoneige, William Alain, qui était très manuel et aussi très actif, voyait mal comment il arriverait à s’accomplir dans le futur. Il avait alors dix-huit ans et n’avait pas entièrement complété ses études en mécanique industrielle.

Les années ont passé et heureusement pour lui, le père de son ami Christophe Paquet a tenu une importante promesse. Quand William était en réadaptation, Steve Paquet lui a promis qu’il l’embaucherait un jour. C’est maintenant chose faite!

En écoutant de nombreuses vidéos sur YouTube et en s’informant auprès d’amis qui ont des compétences dans ce domaine, William Alain est arrivé à maîtriser la conception mécanique et le dessin 3D. Des équipements adaptés et un logiciel spécial lui permettent aujourd’hui d’être sur le marché du travail. « Je suis heureux de voir que je sers encore à quelque chose », a-t-il commenté.

Un tel accomplissement, nous a confié Julien Racicot, avant de reprendre la route en direction de Montréal, lui « fait chaud au cœur ».