Inauguration du jardin communautaire : une graine en terre qui a germé

C’est un moment très touchant qu’a vécu un groupe de personnes dimanche matin, en participant à l’inauguration du jardin communautaire de la forêt nourricière de Saint-Raymond. Un moment qui nous ramène à nos valeurs fondamentales de l’amour et du respect de la terre.

Disons-le, le travail qui s’est fait là est extrêmement impressionnant. D’un terrain voué à l’entreposage par la Ville de matériaux résiduels tels tuyaux et bordures de granit etc., d’un terrain rocailleux qui autrement aurait été voué à l’oubli, des gens bénévoles et surtout passionnés ont réalisé dans cette forêt nourricière un jardin fécond et généreux.



Comme le mentionnait la représentante de l’Arc-en-Ciel en introduction à ce point de presse, « ce sont des projets de citoyens comme celui-là qui donnent vie à des communautés. C’est ce qui fait qu’on transforme le monde ensemble, on partage la terre pour le faire, et ça donne des fruits ».

Et d’ajouter Luce Assad, « les enfants sont là eux-aussi, alors on transmet en même temps les valeurs de vie que l’on partage toutes et tous ».

Avant même de présenter les élus et intervenants à prendre la parole, Mme Assad a voulu rappeler qu’on doit cette idée à Valérie Marion, qui avait en tête un projet basé sur le principe de permaculture, « pour pouvoir créer ensemble des espaces où on pourrait manger ensemble ce que la terre nous donne ».

C’est le résultat de cet engagement que plusieurs des participants au point de presse ont découvert en ce matin ensoleillé.


Le préfet Bernard Gaudreau s’est dit très fier que la MRC ait contribué financièrement à ce projet qu’il a qualifié d’avant-gardiste. « Chers utilisateurs, appropriez-vous les lieux, c’est grâce à vous qu’il va pouvoir devenir de plus en plus vivant », a-t-il dit.

Le maire Daniel Dion a souligné les efforts colossaux par lesquels ce lieu a été façonné, des efforts d’organisations et entreprises comme l’organisme d’intervention en santé mentale L’Arc-en-ciel, la Ville de Saint-Raymond et le comité d’embellissement, des entreprises comme Yhéthi Renaturalisation-Faune-Forêt, jardins FloreSsens, la Caisse Desjardins Saint-Raymond-Sainte-Catherine. Sans oublier les deux Valérie : Valérie Marion et Valérie Paquette, qui entre autres ont assuré la promotion du projet auprès de la Ville et des autres instances.

Pour la présidente du comité d’embellissement Ginette Leclerc, « c’est un tour de force de bénévolat qui s’est réalisé ici ». Mme Leclerc a précisé que les juges des Fleurons du Québec ont pris en considération la réalisation de la  forêt nourricière et de son jardin communautaire pour la classification horticole octroyée à Saint-Raymond et qui sera dévoilée cet automne.

Luc Tremblay, qui représentait les « anges » de l’Arc-en-ciel, a évoqué la populaire chanson du Français Christophe Maé, Il est où le bonheur, pour conclure que « le bonheur est ici et je vous invite à ce qu’on le partage ».

Une autre contribution majeure a été celle de l’entreprise horticole Yhéthi, dont le temps et les équipements ont permis au projet de se rendre « dix fois plus loin ». Son propriétaire Jean-François Thiffault a d’ailleurs annoncé le prochain projet qui verra le jour à la forêt nourricière, soit une serre bioclimatique, qui se réchauffe par elle-même sans apport d’électricité et cela même en hiver. Les bases en seront jetées dès cet automne.

Soulignons le caractère inter-générationnel du jardin, puisque deux espaces sont réservés aux élèves de l’école primaire Grande-Vallée, alors que des résidents de la résidence Estacade viennent aussi s’y adonner à la culture.

La forêt nourricière est ouverte à tous, on peut aller s’y promener, récolter les fruits des 122 espèces cultivées, ou tout simplement y trouver la paix de l’esprit.

Le jardin communautaire a une dimension de 6000 pieds carrés incluant une portion fruitière bio-intensive de plus de 1000 pieds carrés adjacente à la forêt nourricière. L’un des buts visés est « d’informer, éduquer, sensibiliser et participer à un jardinage communutaire et collectif qui met de l’avant les principes de la permaculture ».

La forêt se situe dans le voisinage immédiat du Parc riverain de la rivière Sainte-Anne, de l’Arboretum Lions, et du débarcadère.

En-tête • Pour la traditionnelle coupure du ruban, l’initiatrice du jardin communautaire Valérie Marion est entourée du maire Daniel Dion, du préfet Bernard Gaudreau, et des autres intervenants qui ont participé à cette réalisation.