Une inauguration doublement historique pour Pont-Rouge

Le dimanche 1er juillet, les Jardins du 150e débordaient de familles venues s’amuser dans les jeux gonflables et pique-niquer en plein air. Toutes étaient aussi de la partie pour assister à l’inauguration d’une œuvre d’art et d’un mur riches de sens pour Pont-Rouge.

L’œuvre d’art, a expliqué le conseiller municipal Mario Dupont, a été réalisée par Luce Pelletier dans le cadre des travaux de mise aux normes de Place Saint-Louis et de la Politique d’intégration des arts à l’architecture du gouvernement du Québec.

Mme Pelletier, sachez-le, est une habituée de l’art public. En développant « Notre forêt, nos racines. 2018 » pour Pont-Rouge, elle a voulu symboliser l’attachement des citoyens à leur municipalité tout en mettant en valeur les ressources naturelles du territoire.

pont_rouge_juillet2018_3

Luce Pelletier a créé « Notre forêt, nos racines. 2018 » pour Pont-Rouge.

Installés devant l’hôtel de ville, les arbres de métal qu’elle a créés et leurs feuilles variées évoquent la forêt. L’ensemble est à l’image des gens de Pont-Rouge qui, bien que différents les uns des autres, forment une seule et même communauté.

D’une autre manière, le « Mur des familles et des entreprises d’ici », qui a été offert par le comité du 150e de Pont-Rouge aux Jardins du 150e, est aussi le reflet des racines et de l’avenir de la municipalité.

Situé en plein cœur des jardins, ce mur, a expliqué le président des Fêtes du 150e Michel Martel, se veut un hommage aux familles et aux entreprises qui ont bâti Pont-Rouge. Plus de cent inscriptions font la richesse de ce panneau de verre qui « représente plus de mille personnes », a-t-il dit.


Profitons-en pour ajouter que Michel Martel s’est adressé à ses concitoyens pour la dernière fois dans le cadre du 150e de Pont-Rouge. En plus de rappeler que les activités organisées l’an dernier ont connu beaucoup de succès, il a dévoilé qu’une capsule temporelle sera bientôt scellée. Des objets et documents ayant évidemment trait à Pont-Rouge y seront mis et ne pourront être revus que dans cinquante ans.

Bien entendu, le maire Ghislain Langlais s’est montré fort heureux alors que se déroulait une inauguration à la fois double et historique dans sa ville. Il en a notamment profité pour affirmer que l’acquisition du couvent permet à Pont-Rouge d’être de plus en plus dynamique.

Pour leur part, les députés Michel Matte et Joël Godin ont tenu à souligner le travail des bâtisseurs sans qui Pont-Rouge ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui.

Photo principale : C’est dans le cadre d’une fête familiale que l’œuvre et le mur ont été inaugurés.