CDSR : Frank Aubin est de retour à la présidence

La Corporation de développement de Saint-Raymond (CDSR) vit actuellement une importante période de transition. Cette dernière rime notamment avec la fin du mandat de Johanne Boucher à la présidence et le retour de Frank Aubin à la tête du conseil d’administration.

Pour l’instant, nous a expliqué M. Aubin, il est président par intérim de la CDSR. À ce titre et avec l’aide des autres administrateurs, sachez qu’il a bien des défis à relever. C’est que le mandat et la structure de l’organisation au sein de laquelle il s’implique depuis 2002 font l’objet d’une révision devenue nécessaire avec le temps.

Plusieurs scénarios sont à l’étude, a-t-on appris, mais c’est l’avenir de Tourisme Saint-Raymond qui occupe présentement beaucoup la CDSR. Cette autre organisation, qui a son propre conseil d’administration et qui se trouve à être le bras touristique de la CDSR, pourrait devenir un organisme à but non lucratif. Les acteurs touristiques seront d’ailleurs bientôt sondés à ce sujet.

Tourisme Saint-Raymond pourrait aussi garder sa forme actuelle. « Tout est possible », a révélé Frank Aubin qui, du même souffle, a voulu rappeler que l’analyse en deux volets que complète actuellement Jean-Michel Perron, président de la firme-conseil PAR, promet d’influencer grandement la suite des choses. C’est en septembre prochain que la CDSR mettra la main sur le rapport complet que M. Perron doit faire au sujet du l’industrie touristique raymondoise.

La période de transition que traverse la CDSR, il importe de le souligner, est aussi due au fait que la dernière entente qu’elle a conclue avec la Ville de Saint-Raymond est échue depuis décembre dernier. Avant d’en signer une autre, vous savez maintenant que les administrateurs ont voulu se lancer dans une grande réflexion. Entre autres choses, ils songent à créer des sous-comités de travail pour être plus efficaces.

Alors que Tourisme Saint-Raymond est le bras de développement touristique de la CDSR, rappelons que la CDSR est elle-même le bras de développement industriel, commercial, résidentiel et évidemment touristique de la Ville de Saint-Raymond. Son budget annuel s’élève à 225 000 $.

Les grands enjeux

Si l’avenir de Tourisme Saint-Raymond compte parmi les enjeux importants auxquels la CDSR fait face, le dossier du quad est aussi un dossier chaud selon Frank Aubin. Nous aurons l’occasion de vous en reparler.

Quant au domaine industriel, « qui marche très bien actuellement » à son avis, il demeure très important pour l’organisation. L’embauche du commissaire industriel Richard St-Pierre, qui doit veiller au développement du Parc industriel numéro 2, le prouverait notamment.

Profitons-en pour souligner que ce parc, qui s’étend sur vingt millions de pieds carrés, accueillera bientôt trois nouvelles entreprises. Elles devraient créer près de quarante nouveaux emplois au total. À cela, il faut ajouter qu’une bâtisse qui s’y trouve a récemment été acquise par Fabréma et qu’un incubateur industriel devrait bientôt y voir le jour.

Toujours au sujet des grands enjeux, M. Aubin nous a indiqué que la CDSR souhaite que certains règlements d’urbanisme soient modifiés. C’est que son équipe aimerait que la construction d’un gymnase ou d’une garderie, par exemple, soit éventuellement permise dans le parc industriel.

Un nouvel administrateur

Le conseil d’administration de la CDSR est très stable. On y retrouve un seul nouveau visage et c’est celui de Philippe Moisan. Il succède à Jean-René Paquet à titre d’administrateur.

Enfin, au sujet de Daniel Dion, qui siège à la CDSR en tant que représentant de la Ville, Frank Aubin a tenu à dire qu’il est le maire « le plus à l’avant-garde » qu’il ait connu en matière de développement.

Pour plus d’information sur la Corporation de développement de Saint-Raymond, visitez son site Web.

Photo principale : Frank Aubin, président par intérim de la Corporation de développement de Saint-Raymond