Parti conservateur du Québec : Guy Morin dans Portneuf

Le candidat du Parti conservateur du Québec dans Portneuf le 1er octobre prochain sera Guy Morin, qui en sera à sa deuxième campagne électorale après avoir terminé 4e avec 4,7 % des votes dans Arthabaska le 5 décembre 2016. Élection qui a été emportée par le caquiste Éric Lefebvre.

On connaît Guy Morin pour son opposition au registre des armes à feu au sein de l’organisme « Tous contre un registre québécois des armes à feu ». Il a notamment défendu ce dossier à Tout le monde en parle, et a organisé une manif anti-registre à Neuville le 2 décembre 2017.

« C’est sûr que le registre des armes à feu, c’est un gros dossier pour moi, que je veux quand même ramener dans l’élection », annonçait Guy Morin à l’autre bout de la ligne. Pour lui, il s’agit d’une loi complètement inutile. « Ça va coûter des sous pour absolument rien, c’est le genre de loi que je ne veux pas avoir dans ma vie », dit-il.

Cela s’intègre dans la philosophie de son parti. « Je veux qu’on ait des lois sur le sens du monde, qu’on ne se lève pas chaque matin étouffé par des lois qui n’ont aucune incidence sur nos vies », clame Guy Morin.

Dans cet esprit, il prône la réduction de la taille de l’état, ce qui permettrait selon lui d’offrir des baisses d’impôts et de taxes. « On pense que l’état n’a pas à tout gérer, et surtout on veut redonner le choix aux citoyens de choisir entre le privé et le public », notamment dans des domaines comme le écoles et les hôpitaux.

Le but est de redonner le plus de pouvoir possible aux citoyens et aux villes, les rapprocher des décisions. Il prône notamment la remise directe aux municipalités des tarifs relatifs à l’immatriculation des véhicules afin de leur donner plus d’autonomie.

Parmi les autres dossiers commentés lors de cette entrevue, citons l’abolition de Revenu Québec et l’obligation d’un seul rapport d’impôt géré par le fédéral, comme partout ailleurs au Canada; l’allègement de l’administration de la justice pour donner plus de moyens aux clients et aux victimes; moins de centralisation comme dans le domaine de la santé, par exemple, où tout est ramené dans les grandes villes; plus d’actions au niveau des régions et pas seulement en fonction de l’île de Montréal.

Quelles sont ses attentes le 1er octobre 2018 ? « On aimerait avoir un premier député à l’Assemblée nationale », révèle Guy Morin, qui ajoute que son parti veut avoir des candidats dans les 125 circonscriptions. Entre 70 et 75 % de ces candidatures sont déjà annoncées. Personnellement, il croit avoir une bonne chance de terminer au troisième rang dans Portneuf.

Ce qui est sûr, c’est qu’il entend être très actif sur le terrain cet été, et notamment rencontrer les élus municipaux.