La Capsa détermine le portrait de la rivière Portneuf

La Capsa détermine le portrait de la rivière Portneuf

PORTNEUF | Depuis mai 2021 et jusqu’à janvier 2022, l’Organisme de bassin versant (l’OBV) CAPSA procède à une acquisition de connaissances sur l’hydrologie du bassin versant de la rivière Portneuf. Ce territoire présente de nombreuses problématiques d’érosion et d’inondations. Les orientations visent à conserver et à améliorer la qualité des eaux de surface, ainsi que la réduction de l’érosion des berges.

 Les inondations sont particulièrement reconnues pour leurs conséquences économiques, alors que l’érosion des berges dégrade la qualité des habitats aquatiques et riverains. Dans le secteur du bassin versant de la rivière Portneuf, les intervenants jugent notamment que la perte de milieux naturels, l’artificialisation des rives, le drainage agricole et le marnage résultant de la gestion des barrages sont les principales causes de l’amplification de ces problèmes. « Évidemment, on ne peut pas gérer ce que l’on ne connaît pas », souligne Alain Rousseau de l’Institut national de la recherche scientifique (INRS). Le travail de la CAPSA permettra donc de mettre en lumière les principaux facteurs problématiques du bassin versant de la rivière Portneuf. Les travaux participeront également à la protection des milieux hydriques et des écosystèmes aquatiques.

 Un bassin de 350 km2

D’une superficie de 350 km2, le bassin versant de la rivière Portneuf prend sa source au lac Sept-Îles et il traverse sept municipalités. Trois approches sont utilisées pour caractériser son régime hydrologique, soit historique, hydrogéomorphologique et hydrologique au sens strict. « On a délimité tout ce qui est l’espace de liberté du cours d’eau. Ce dans quoi la rivière peut se déplacer dans le futur ou a été dans le passé », explique Marc-André Demers, responsable de projets à l’OBV CAPSA.

Marc-André Demers, responsable de projets à l’OBV CAPSA, a mentionné que la rivière Portneuf est plus réactive aux coups d’eau. Crédit: Stéphane Pelletier.

Coups d’eau

Il en ressort que la rivière Portneuf est plus réactive à des coups d’eau importants. Cela a pour effet de provoquer de l’érosion ou des accumulations. Cependant, les inondations sont situées dans des secteurs où il y a peu ou pas d’infrastructure et de population. La rivière a aussi été affectée par des enrochements, principalement en secteur agricole, et par des barrages.

L’INRS est responsable du modèle hydrologique du bassin versant de la rivière Portneuf; alors que la MRC de Portneuf de pair avec l’organisme de bassin versant OBV CAPSA collabore à l’étude historique et hydrogéomorphologique. Des photographies aériennes, anciennes et récentes, sont utilisées afin de déterminer la dynamique, les perturbations et la trajectoire du cours d’eau dans le temps. Les municipalités du bassin versant, Portneuf, Saint-Basile, Saint-Raymond et Lac-Sergent, ainsi que l’Université Laval, seront également mises à contribution dans ce projet.

D’une superficie de 350 km2, le bassin versant de la rivière Portneuf traverse sept municipalités. Crédit: courtoisie Capsa.

15 modifications importantes

« On s’est donné deux objectifs dans le cadre de ce projet, dont celui de l’acquisition de connaissances. Le deuxième objectif est celui de sensibiliser les propriétaires riverains clés qui peuvent se trouver dans des trajectoires futures de l’érosion de la rivière et ce qu’ils peuvent faire pour minimiser les perturbations de la rivière », indique M. Demers. Ainsi, la Capsa a caractérisé 15 modifications importantes et leurs impacts dans le bassin versant pour les propriétaires et les municipalités.

Rencontres et sensibilisation

La CAPSA se donne comme objectif de rencontrer 50 propriétaires clés riverains, les municipalités concernées, et les propriétaires de barrages, afin de les sensibiliser à des solutions qui, souvent, sont très simples. Protéger les rives, gérer le ruissellement, avoir une belle bande riveraine, contrôler l’érosion, éviter l’apport de sédiments, en sont des exemples. « J’aime la démarche que vous entreprenez et qui est sur une base volontaire et sur une base de conscientisation. C’est en éduquant nos citoyens et nos municipalités riveraines que l’on va réussir à faire avancer les choses », a déclaré Vincent Caron, député de Portneuf.

Autres projets importants

Représentant un budget global de 51 500 $, ce projet favorisera la concertation régionale sur la base des principes d’une gestion intégrée de l’eau par bassin versant. Plusieurs acteurs s’engagent annuellement à y répondre par la mise en œuvre de divers projets et plusieurs d’entre eux ont aussi eu la chance de bénéficier du soutien du PSREE.

C’est notamment le cas de Lac-Sergent qui s’est engagé dans le contrôle du ruissellement et la captation des sédiments en bordure de son réseau routier. L’Association des propriétaires du lac Sept-Îles a entrepris un suivi du bilan de santé du lac pour l’élaboration d’un plan d’action adapté. Culture Saint-Casimir a réalisé son projet d’aménagement du Parc riverain des Grands Bois en 2020.

Photo principale : C’est à Portneuf que le cours d’eau se déverse dans le fleuve Saint-Laurent. Crédit : Stéphane Pelletier.