Vidéo — De l’escrime médiévale dans Portneuf

Vidéo — De l’escrime médiévale dans Portneuf

PONT-ROUGE | Depuis le 13 septembre, les portes de l’Académie Scrimicie campus Portneuf sont ouvertes. C’est dans le gymnase de l’école Perce-Neige à Pont-Rouge, que près d’une dizaine d’élèves se sont lancé dans la pratique de cet art martial : l’escrime médiévale.

Basée initialement dans le secteur Limoilou à Québec, l’Académie Scrimicie possède plusieurs campus au travers la province. De Rimouski à Trois-Rivières en passant par la Beauce, il ne manquait plus que de s’implanter dans notre région. « Notre but est de desservir tout Portneuf », lance Alexandre Marcotte, instructeur et directeur de l’Académie Scrimicie Campus Portneuf.

Moins rapide que l’escrime telle qu’on la connaît, l’escrime médiévale se pratique plutôt à deux mains dans certains cas puisque les armes sont plus lourdes. « Des plats de lame ne compteront pas comme une touche, […] alors ça change vraiment la dynamique d’un combat traditionnel d’escrime », explique le directeur de l’Académie Scrimicie Campus Portneuf.

C’est en voulant reprendre la pratique de cet art martial que l’opportunité de créer une académie dans la région s’est présentée à Alexandre Marcotte. « Je demeure à Pont-Rouge et j’ai voulu recommencer l’escrime médiévale à Limoilou, mais je trouvais ça un peu loin. Mon ami, qui est aussi président de l’association de l’Académie Scrimicie, m’a suggéré de devenir instructeur au centre ici à Pont-Rouge. […] Donc, avoir un petit peu plus de latitude et un petit peu plus de challenge que je trouvais ça vraiment intéressant », indique-t-il.

« Ça fait 30 ans que j’en fais et vous pouvez vous imaginer que ça fait beaucoup d’années underground où l’on pratique dans un stationnement sous un lampadaire. […] Je suis content de voir la relève et qu’il y a des infrastructures sportives aujourd’hui qui existent », fait savoir Gabriel Mailhot, créateur de l’escrime médiévale.

Crédit : Sarah Lachance

Un sport pour tous

Selon M. Marcotte, la beauté de cet art martial c’est qu’il est accessible pour tous et se pratique sans discrimination physique. « C’est unisexe donc, il n’y a pas de division homme ou femme en tant que tel étant donné que c’est vraiment beaucoup plus la technique et les capacités qui vont prédominer sur la force ou le poids d’une personne », précise l’instructeur.

« Il y a tout le temps une volonté de se dépasser et de vouloir battre l’autre d’une manière qui est efficace, qui n’est pas basée sur de la chance. Il y a un côté stratégique qui vient nous chercher plus d’un point de vue de se dépasser soi-même » — Alexandre Marcotte

« On déconstruit aussi beaucoup de mythes que les films nous ont apportés », renchérit-il.

À l’aube de la troisième semaine de cours, M. Marcotte se dit déjà très fier de ses élèves. « Ils s’adaptent super bien et ils adorent la matière qu’on leur donne. Je dirais même qu’ils sont en avance sur certains points. Il y en a qui me disent : “ah, je t’ai vu faire ça, comment on fait ?” C’est vraiment agréable », souligne-t-il

Crédit : Sarah Lachance

« C’est plaisant de voir le sentiment d’accomplissement de ses élèves qui progressent, même si ça fait juste deux cours on voit des réflexes qui commencent à se bâtir », confie l’instructeur.

Même si la session d’automne est déjà commencée, les personnes intéressées à s’initier à l’escrime médiévale peuvent toujours le faire. Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site Internet de la Ville de Pont-Rouge ou encore sur le site Internet de l’Académie Scrimicie.

Photo : L’escrime médiévale est un art martial qui gagne de plus en plus d’adeptes. Crédit : Sarah Lachance