Un premier frigo communautaire à Saint-Raymond

Un premier frigo communautaire à Saint-Raymond

SAINT-RAYMOND | La municipalité de Saint-Raymond compte désormais son premier frigo solidaire. Initiative du député de Portneuf, Vincent Caron, et de son équipe, le nouveau frigo-partage est situé à même son bureau, au 118 rue Saint-Pierre.

« C’était un de mes engagements lorsque je me suis présenté en politique. Je ne déteste rien de plus que les gens qui vivent dans le malheur. Je suis content de pouvoir contribuer un petit peu à ma manière aujourd’hui en lançant cette initiative de frigo-partage ici à mon bureau », lance le député de Portneuf, Vincent Caron.

C’est donc en collaboration avec la Table de concertation en sécurité alimentaire de Portneuf que le député a mis en place un frigo libre-service pour les citoyens de Saint-Raymond. « La Table et ses membres sont heureux de soutenir le député de Portneuf dans son initiative d’installer un frigo libre-service dans un endroit [un peu plus] défavorisé de la ville de Saint-Raymond », indique Sylvie Germain, chargée de projet à la Table de concertation en sécurité alimentaire de Portneuf.

Le frigo-partage est le premier installé dans la ville de Saint-Raymond. Crédit : Sarah Lachance

Deux fois par semaine, le contenu du frigo-partage sera alors alimenté par la Table de concertation en sécurité alimentaire de Portneuf avec les invendus des supers marchés des environs de même que des surplus des producteurs agricoles. « Ici, dans le frigo, on retrouve des légumes qui viennent des Jardins de la Chevrotière à Deschambault-Grondines, des produits qui viennent de l’épicerie Metro à Saint-Marc-des-Carrières [ou encore] de l’épicerie Provigo, ici à Saint-Raymond et des œufs du poulailler Portn’œuf à Saint-Alban », explique M. Caron.

Le nouveau frigo-partage sera accessible de 9 h à 16 h du lundi au vendredi.

Les personnes pourront récupérer des denrées en toute discrétion au nouveau frigo-partage. Crédit : Sarah Lachance

Un emplacement stratégique

En étant annexé au bureau du député, le nouveau frigo communautaire permettra de répondre aux citoyens vivant dans ce quartier un peu moins nanti de la municipalité. « Le secteur ici, c’est un endroit où il y a une tranche de pauvreté, on s’est dit que le fait qu’il soit sur le côté comme ça, que les gens pourront venir en toute discrétion », souligne-t-il.

« J’insiste sur le mot “partage”. On le sait quand un nouveau frigo est installé comme ça les gens ont tendance à venir un peu faire leur épicerie et de se dire “je vais en prendre le maximum”. L’idée ce n’est pas ça, c’est de prendre le repas pour la journée ou le repas du lendemain », fait savoir le député.

« Les gens sont très reconnaissants de ce type d’initiative là. C’est sûr qu’au début quand ils sont moins familiers avec le concept, ils ont tendance à en prendre plus parce qu’ils ne savent pas justement qu’il y a un approvisionnement régulier. Mais quand ils y retournent et voient qu’il y a toujours des denrées semaine après semaine, à ce moment-là, ils prennent juste ce dont ils ont besoin », ajoute Mme Germain.

5e frigo libre-service

Le frigo-partage du député de Portneuf et son équipe est le cinquième à voir le jour à travers les municipalités de la région. À ce jour, la MRC en compte un à Grondines, au Pop Grondines, Coopérative de solidarité, un autre au centre d’alphabétisation L’Ardoise à Saint-Casimir, un troisième à Sainte-Christine-d’Auvergne derrière les bureaux de la municipalité et le quatrième se trouve temporairement sur la galerie de la maison des aînés à Saint-Alban, il sera aménagé prochainement au centre communautaire Fernand-Marcotte.

Les citoyens, les restaurateurs et les hôteliers sont invités à garder le frigo bien rempli. Crédit : Sarah Lachance

D’ici la fin du mois de juin, un deuxième frigo solidaire sera accessible pour la population de Saint-Raymond. Celui-ci sera situé près des locaux de l’organisme l’Arc-en-ciel situé au 697, rue Saint-Joseph.

« On espérait que ça rencontre du succès et que les gens participent, mais je dois avouer que ça allait au-delà de ce qu’on espérait. Parce que oui, les gens viennent se servir, mais également les producteurs agricoles et les épiceries ont répondu présents », constate la chargée de projet pour la Table de concertation en sécurité alimentaire de Portneuf.

« Même ma collègue, Valérie Paquette, intervenante communautaire en réduction du gaspillage alimentaire, qui va apporter les denrées dans les frigos, a constaté récemment qu’il y a de plus en plus de citoyens qui vont porter des surplus dans les frigos. Elle arrive et elle pense qu’elle va trouver un frigo vide, mais non, il y a déjà des denrées qui ont été apportées. […] Alors c’est encourageant de voir que les citoyens de Portneuf se sont appropriés cette initiative-là », renchérit-elle.

Une étagère pour des denrées non périssables a aussi été installée. Crédit : Sarah Lachance

Éviter le gaspillage alimentaire

En plus d’aider les personnes en situation précaire, l’initiative des frigos communautaires permet de sauver des denrées, qui autrement se seraient retrouvées à la poubelle. « Toutes les denrées données par le milieu agroalimentaire vont s’assurer que tous ces frigos-là et les futurs qui seront installés dans les prochaines années demeureront bien rempli afin de s’assurer que toutes personnes ayant des besoins alimentaires puissent se tourner vers un frigo libre-service pour trouver en tout temps des aliments de qualité », mentionne Mme Germain.

« J’aimerais inviter les restaurateurs et hôteliers ainsi que les simples citoyens de Saint-Raymond à contribuer au succès de ce projet en apportant au frigo leurs invendus et leurs surplus. […] L’important c’est que chacun fasse son petit geste pour aider son prochain et justement contribuer au succès de ce frigo-partage, mais également des autres frigos solidaires qui sont en train de se développer dans la région de Portneuf », conclut-elle.

Photo : Le député de Portneuf et son équipe, en compagnie de Sylvie Germain, chargée de projet à la Table de concertation en sécurité alimentaire de Portneuf. Crédit : Sarah Lachance