L’aérogéothermie : la ventilation réinventée

L’aérogéothermie : la ventilation réinventée

SAINT-RAYMOND | L’entreprise MCB Construction utilisera la technologie de l’aérogéothermie pour chauffer et climatiser son nouveau garage actuellement en construction dans le Parc industriel 2. Le nouveau procédé de la compagnie AeroGeotermik utilise une énergie propre et très économique qui consiste à faire transiter l’air par le sol.

L’aérogéothermie est une nouvelle source d’énergie renouvelable qui utilise un système simple, efficace et sans forage. Son principe repose sur la captation de l’air atmosphérique provenant du sol afin de le redistribuer en continu. Elle est ainsi la seule forme de géothermie au monde qui capitalise sur une synergie entre des transferts d’énergie, à la fois par conduction et par convection.

Convection par déplacement d’air

« Au lieu de la simple conduction comme la géothermie, l’aérogéothermie utilise la convection par un déplacement d’air. À l’aide d’un ventilateur, on fait passer de l’air par vacuum directement à travers la masse d’un sol de granulométrie différente pour avoir des débits différents. Chaque particule de sol devient donc une surface de contact. On peut varier de 20 à 100 pieds cubes d’air par minute et avoir des bons résultats », explique M. François Caron, inventeur du procédé et copropriétaire de l’entreprise AeroGeotermik.

L’aérogéothermie stocke et restitue des volumes d’air captés grâce à un tunnel de ventilation souterrain. Crédit: Stéphane Pelletier

Un système horizontal

Contrairement à la géothermie qui est verticale, l’aérogéothermie utilise un système horizontal et peu profond. Pour le bâtiment de MCB Construction, c’est un tuyau perforé de deux pieds de diamètre et d’une longueur de 50 pieds qui a été installé à huit pieds dans le sol. Ensuite, il a été recouvert d’une couche de roche et d’une couche de sable. À la surface, un ventilateur permet de contrôler le débit de l’air et le tout est relié à une thermopompe pour le chauffage. Aucun système n’est nécessaire pour la climatisation.

Ainsi, l’air atmosphérique passe par les couches de sable et de pierre pour rejoindre le tuyau et ensuite être aspiré à la surface par le ventilateur. « Le ventilateur est là pour optimiser le système et ajuster le débit d’air. La longueur de la tranchée est en fonction du nombre de pieds cubes d’air par minute désiré pour un bâtiment », indique M. Caron.

Léo Charest, ingénieur chez Solution Novika, mesure les débits afin de quantifier les performances du système. Crédit: courtoisie, François Caron

En période hivernale, cela permet d’alimenter la thermopompe avec de l’air à 5 ou 7 degrés même s’il fait -25 degrés à l’extérieur. En été, la température de l’air va varier entre 15 et 22 degrés. « On a une variation quotidienne. On peut donc profiter de la fraicheur de la nuit pour refroidir toute la masse et climatiser le lendemain », ajoute François Caron.  Copropriétaire d’AeroGeotermik, Martin-Charles Bédard utilise déjà le système pour sa résidence depuis quatre ans. L’installation d’un autre système pour son nouveau garage coïncide avec la dernière phase de tests et la commercialisation du produit.

Derniers tests

 D’ailleurs, un ingénieur en mécanique de Solution Novika. M Léo Charest, était présent afin de mesurer les débits du système. « Cela va permettre de réaliser un graphique qui va mettre en relation l’épaisseur de la roche avec la perte de charge et le débit. La perte de charge, c’est la restriction à l’écoulement et le débit, c’est la quantité d’air qui passe dans le tuyau. Tout cela va permettre de quantifier les performances du système », explique M. Charest.

L’enrochement permet de produire une convection par un déplacement d’air. Crédit: Stéphane Pelletier

Commercialisation

AeroGeotermik sera donc en mesure de bientôt commercialiser son nouveau système. Le concept intéresse déjà Hydro-Québec ainsi que des producteurs en serre. Un autre essai supervisé par l’Université de Sherbrooke et Hydro-Québec sera donc effectué à la Ferme des Quatre-Temps, située en Montérégie et qui appartient à André Desmarais.

AeroGeotermik vise le marché du Québec, mais également les marchés mondiaux comme le sud des États-Unis et les pays du Moyen-Orient. « Notre système de climatisation directe peut être très efficace à des endroits où il y a une très grande variation de température entre le jour et la nuit. Il pourrait fonctionner sans thermopompe avec l’aide de simples panneaux solaires », ajoute François Caron.

Les copropriétaires d’AeroGeothermik, François Caron (inventeur de l’aérogéothermie) et Martin-Charles Bédard. Crédit: Stéphane Pelletier

Un inventeur

Originaire de Portneuf, M. Caron développe ce nouveau système depuis plus de quatre ans. Membre de l’Ordre des ingénieurs forestiers du Québec et de l’Ordre des technologues professionnels du Québec, il a réalisé diverses inventions, dont une machine forestière à propulsion électrique appelée Electro-Traction.