Mission ADN-eau : les résultats dévoilés

Mission ADN-eau : les résultats dévoilés

SAINT-RAYMOND | En septembre dernier, près de 90 élèves de l’école secondaire Louis-Jobin ont aidé les scientifiques de Génome Québec afin de brosser le portrait de la biodiversité de la rivière Sainte-Anne. L’objectif était de recueillir des échantillons d’eau de la rivière afin de les faire analyser et d’en déterminer l’ADN.

La première étape, pour les élèves des secondaires 1, 2 et 3 en profil enrichi, a été de se rendre aux abords de la rivière Sainte-Anne et de recueillir 45 échantillons d’eau. Ainsi, 15 prélèvements ont été effectués dans chacune des trois zones sélectionnées, près du pont Tessier ainsi que dans le secteur de l’Estacade.

Cette eau, contenant l’ADN des diverses espèces qui vivent dans l’écosystème de la rivière Sainte-Anne, a ensuite été filtrée en laboratoire par les élèves des trois classes participantes. « Les élèves ont procédé à un échantillonnage par micro filtre afin de récupérer les fragments d’ADN que les microorganismes, les poissons et les invertébrés laissent derrière eux dans l’eau de la rivière », explique Danielle Dion, technicienne en travaux pratiques à l’école secondaire Louis-Jobin.

16 cours d’eau du Québec

Par la suite, les experts scientifiques en génomique ont procédé à l’extraction de l’ADN et au séquençage afin de créer un portrait de la biodiversité des cours d’eau. Pour sa deuxième édition, le projet Mission ADN-eau a fait participer 1164 élèves qui ont investigué sur 16 cours d’eau du Québec. Ainsi, 26 écoles des territoires de la Capitale-Nationale, du Bas-St-Laurent et du Saguenay-Lac-Saint-Jean ont participé à cette vaste étude. Les résultats ont été communiqués aux étudiants au début du mois de mai afin qu’ils puissent en discuter avec les enseignants.

La première étape, pour les élèves des secondaires 1, 2 et 3 en profil enrichi, a été de se rendre aux abords de la rivière Sainte-Anne et de recueillir 45 échantillons d’eau. Crédit: Stéphane Pelletier

La rivière Sainte-Anne

Pour la Sainte-Anne, les prélèvements effectués sur les trois sites ont révélé cinq espèces de poissons, trois espèces d’invertébrés et une diversité standard de microorganismes. Ainsi, le naseux des rapides, le meunier noir, le chabot tacheté ou visqueux, l’épinoche à cinq épines et l’omble de fontaine sont les poissons présents dans la rivière. Les trois invertébrés recensés sont l’hydre, le nématode et le gastrotricha. Les résultats indiquent aussi que le degré de surveillance des cyanobactéries est faible pour la Sainte-Anne. « Cela veut dire que notre rivière est en très bonne santé. Les jeunes peuvent être contents d’avoir fait cette belle étude », ajoute Danielle Dion.

Portrait de la biodiversité des cours d’eau

Ce projet de science citoyenne permettra de contribuer à une meilleure compréhension de l’état de la biodiversité des cours d’eau du Québec. Les données scientifiques récoltées pourront servir à déployer les actions nécessaires à la conservation de la biodiversité des cours d’eau visés. Pour l’ensemble de l’étude des 16 cours d’eau de cette deuxième édition de Mission ADN-eau, ce sont 20 poissons et 19 invertébrés qui ont été identifiés.

L’initiative a été développée en collaboration avec le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques et l’Institut de biologie intégrative et des systèmes de l’Université Laval, avec le soutien financier du ministère de l’Économie et de l’Innovation.

Photo principale: En septembre, près de 90 élèves de l’école secondaire Louis-Jobin ont procédé à la récolte des échantillons d’eau qui ont été analysés par les équipes scientifiques. Crédit : Stéphane Pelletier