Le Festival de Films pour l’environnement est de retour

Le Festival de Films pour l’environnement est de retour

SAINT-CASIMIR | Après avoir été dans l’obligation d’annuler le festival l’an dernier, à cause de la pandémie, le Festival de Films pour l’environnement (FFPE) est de retour cette année. La 17e édition s’est adaptée à la réalité du jour et présentera une programmation en format virtuel.

Dans un premier temps, du 21 au 23 avril, le FFPE procédera avec des projections et des rencontres virtuelles. Le 24 avril, ce sera au tour du Kabaret Kino St-Kasimir de prendre place sur vos écrans. Lors des quatre soirs, il sera possible d’échanger avec les réalisateurs et réalisatrices après les projections.

Pour le Kabaret Kino, c’est au moins 15 courts métrages qui ont été confirmés jusqu’à présent par les 30 participants qui proviennent de toutes les régions du Québec. « En temps normal, ils avaient 72 heures pour réaliser un court métrage », indique le directeur du FFPE Léo Denis Carpentier. La formule 2021 permet aux participants de réaliser les films sur une période d’un mois. « Ils me disent tous, on aimerait mieux être là en présentiel, mais entre ne rien faire et procéder comme on le fait présentement, on est vraiment content et heureux de faire ça », ajoute-t-il.

«L’eau sous toutes ses formes»

Le thème de cette année pour les courts métrages est l’eau sous toutes ses formes. Ils seront tous présentés lors du Kabaret Kino le 24 avril. Avant la diffusion, il y aura une entrevue préenregistrée avec le ou les réalisateurs et par la suite, il y aura un échange entre les spectateurs et les réalisateurs.

Courtoisie: FFPE

«Prisons sans barreaux»

Les projections virtuelles débuteront le 21 avril avec le long métrage documentaire Prisons sans barreaux. Le film de Nicole Giguère et Isabelle Hayeur s’intéresse à l’hypersensibilité environnementale « Les personnages du film sont des allumeurs de réverbères qui, comme les canaris dans les mines, nous envoient un signal d’alarme que nous ne pouvons plus nous permettre d’ignorer ».

Courtoisie: FFPE

«Sol Souverain»

Sol Souverain sera diffusé lors de la soirée du 22 avril. « Au fin fond de la forêt boréale canadienne, à l’extérieur de la petite ville subarctique de Dawson, au Yukon, une poignée d’improbables cultivateurs s’entête à faire pousser tout et n’importe quoi, des choux de Bruxelles couverts de neige aux pommes. L’espace d’une année, le cinéaste de Dawson David Curtis suit ces modestes et tenaces agriculteurs, dont un jeune Autochtone, un immigrant allemand, une jeune famille qui entaille des bouleaux pour en recueillir le sirop et une matriarche capable d’abattre un orignal et de le tailler en quartiers ». La diffusion de ce documentaire de 91 minutes coïncide avec le Jour de la Terre.

«Tides» et «Pris au piège»

Le 23 avril, la soirée sera consacrée à la diffusion de deux courts métrages documentaires. Tourné par Justine Beaulieu Poudrier, Tides nous plonge dans les formes, les couleurs et les sons de l’océan, sur la magnifique côte nord-ouest du Pacifique du Canada. « Ce film est une invitation à observer et à explorer la complexité de l’interaction entre l’homme et l’eau ». Par la suite, Pris au piège de Titouan Gauchet, propose la découverte de la vie sauvage de la plus grande zone humide de l’île de Montréal. « Joël Coutu, un ornithologue passionné, lutte, sensibilise et mobilise, afin de protéger cet espace d’une incroyable richesse. Un sanctuaire naturel détruit peu à peu au profit de quelques investisseurs ».

Pour consulter la programmation, avoir accès aux synopsis des films présentés et pour accéder aux événements, vous pouvez visiter le ffpe.ca. Il est aussi possible d’accéder aux événements par la page Facebook : Festival de films pour l’environnement – FFPE.

Photo principale: Tides, le court métrage documentaire de Justine Beaulieu Poudrier sera présenté en Première québécoise. Courtoisie: FFPE