Lac-Sergent : la limite de vitesse va passer à 40 km/h

Lac-Sergent : la limite de vitesse va passer à 40 km/h

LAC-SERGENT | La Ville de Lac-Sergent emboîte le pas à plusieurs autres municipalités du Québec en choisissant de réduire la vitesse sur les routes de son territoire. Les nouvelles mesures toucheront 17 rues et routes de Lac-Sergent.

La vitesse maximale sur le réseau municipal sera réduite, passant de 50 km/h à 40 km/h. Certains chemins, actuellement sans signalisation, verront la vitesse s’établir à 30, 20 ou 10 km/h. « À la suite d’une évaluation de la signalisation actuelle et afin d’harmoniser la vitesse autorisée sur son réseau routier avec celle des villes voisines, le Conseil de ville a présenté ce mois-ci un projet de règlement qui entrera en vigueur en juin prochain », peut-on lire dans l’infolettre du mois de mars de la Ville du Lac-Sergent.

Ainsi, la vitesse maximale sera de 40 km/h pour, le Tour-du-lac Nord, le Tour-du-lac sud, sauf entre le 2012 et le 2044, et De la Montagne, entre l’intersection Tour-du-lac sud et le 56.

La vitesse passe à 30 km/h sur les chemins, Baie l’Île, du Club Nautique, sauf entre la station de lavage et le 1472, Des Mélèzes, Des Merisiers, De la Source, Des Saules, Des Bouleaux, Des Cerisiers, Des Trembles, Du Parc, Vieux Chemin et Tour-du-lac sud, entre le 2012 et le 2044.

La limite sera de 20 km/h sur les chemins, De la Pointe, De la Chapelle, Du Ruisseau, Des Sous-Bois et de la Montagne, entre le 56 et le 98.

Finalement, sur le chemin du Club Nautique entre la station de lavage et le 1472, ce sera 10 km/h.

Ces mesures permettront également à la municipalité de Lac-Sergent de mettre aux normes son réseau routier et ainsi assurer la sécurité de sa population. « La majorité des rues n’avaient pas de signalisation au niveau de la vitesse. On passe de 10 à 40 panneaux de signalisation. On part à 40 km/h pour la vitesse de base sur le territoire et ensuite on ajuste la vitesse en fonction de la configuration et la largeur des petites rues », explique le maire de Lac-Sergent, M Yves Bédard.

Photo: crédit Stéphane Pelletier