Fermeture du comptoir Desjardins de Rivière-à-Pierre

Fermeture du comptoir Desjardins de Rivière-à-Pierre

RIVIÈRE-À-PIERRE | C’est une autre tuile qui s’abat sur la tête des citoyens de Rivière-à-Pierre avec l’annonce, la semaine dernière, de la fermeture prochaine du centre de service Desjardins. C’est une raison de sécurité qui est invoquée pour justifier le retrait du comptoir qui est adjacent à la coopérative d’alimentation de Rivière-à-Pierre.

« C’est avec surprise que j’ai appris cette nouvelle par un appel du directeur général M. Michel Truchon. Ma première réaction a été qu’est-ce que je fais pour empêcher cette fermeture avant même d’avoir fini d’écouter M. Truchon », mentionne la maire de Rivière-à-Pierre, madame Andrée St-Laurent dans un communiqué aux citoyens. Lors de la séance du Conseil municipal du 9 février, une résolution a été formulée afin de demander aux dirigeants de la Caisse Desjardins de réviser la décision et d’étudier d’autres pistes de solutions.

La raison principale qui conduit à la fermeture du centre de service concerne la sécurité de la seule personne qui y travaille. « La raison qui a été donnée est qu’ils ne peuvent pas laisser une personne seule au comptoir, car elle n’est pas en sécurité » indique Mme St-Laurent. Cependant, la maire poursuit en indiquant que le local de la Caisse Populaire est situé à l’intérieur de la coopérative et qu’il y a toujours un ou des employés présents. Par ailleurs, le centre de service a été relocalisé il y a près de dix ans. Depuis, un seul préposé est en poste au comptoir.

Actuellement, la contrepartie à la fermeture serait l’installation d’un guichet automatique qui offrirait pratiquement les mêmes services en plus d’élargir les heures d’accessibilité, car le centre de service n’est ouvert que quatre jours par semaine.

De plus, Desjardins estime à 100 le nombre d’utilisateurs de son centre de service sur une population de près de 600 personnes. « Ce sont principalement les personnes âgées qui nous préoccupent », indique Mme St-Laurent. « Plusieurs n’ont pas Internet ou ne savent pas comment s’en servir », ajoute-t-elle. De plus, les entreprises et les commerces pourraient rencontrer certaines difficultés sans ce point de service. On peut penser à la problématique de se procurer des petites coupures ou de la monnaie.  « Nous sommes à 37 kilomètres de Saint-Raymond » ajoute Mme St-Laurent. Cependant, la municipalité de Rivière-à-Pierre travaille déjà en collaboration avec la Caisse Populaire Desjardins dans le but de trouver des solutions à ces problèmes.

De plus, Rivière-à-Pierre a déjà émis un autre communiqué provenant de son comité de la Politique familiale. Celui-ci confirme que des discussions sont déjà en cours avec Desjardins afin d’assurer de la formation ainsi que du soutien technique et humain pour la population. « Pour ceux qui le veulent bien, des ordinateurs pourront être à disposition afin d’apprendre comment fonctionnent les services par Internet », ajoute Andrée St-Laurent. Un service d’accompagnement pour se rendre à la succursale de Saint-Raymond pourrait aussi voir le jour. Ces projets seraient coordonnés par le comité de la Politique familiale en collaboration avec la municipalité de Rivière-à-Pierre.

Il n’y a pas encore de date déterminée pour la fermeture du centre de service Desjardins. « C’est embryonnaire, on est en discussion et on n’est pas encore fixé sur tout ce qui va arriver. Si on peut trouver des solutions, on va le faire », conclut Andrée St-Laurent, maire de Rivière-à-Pierre.

Photo: Coopérative d’alimentation de Rivière-à-Pierre. Photo: Page Facebook