« Les gens ont redécouvert les commerces locaux »

« Les gens ont redécouvert les commerces locaux »

SAINT-RAYMOND | Certes la situation que nous vivons présentement est préoccupante. Malgré tout, la campagne de vaccination en cours nous apporte sa dose d’espoir. Peut-être verrons-nous bientôt le problème trouver sa solution définitive.

En attendant, la solidarité est un élément primordial qu’il faut garder en tête et mettre en pratique.

Cette solidarité peut prendre de très nombreuses formes. En ce sens, un thème qui revient souvent est celui de l’achat local.

On le sait, les commerces subissent durement les contrecoups de la pandémie. Mais il y a aussi le revers de la médaille. Un côté positif s’en dégage et c’est justement cette solidarité à l’égard de nos commerces de proximité.

Le président de la Société de développement commercial de Saint-Raymond, Hugues Genois, a remarqué ce changement dans les habitudes des consommateurs.

« Ce dont on s’aperçoit, exprime M. Genois, c’est que les gens ont redécouvert les commerces locaux. Plusieurs personnes m’ont dit en toute honnêteté: ‘‘ Moi, je travaille à Québec, et je faisais mes courses à Québec ‘‘. Là, les gens travaillent à la maison et vont magasiner à proximité ».

« Une des leçons qu’il faut en tirer, poursuit M. Genois, cest que notre économie locale, c’est important. On est contents de les avoir dans une situation comme on vit présentement ».

Les gens ont redécouvert les entrepreneurs locaux, de même que les commerces et les services de proximité. Selon Hugues Genois, les gens ont la crainte d’aller magasiner dans les grandes surfaces.

« Ça ne peut pas être tout négatif. Cette situation a fait que les gens viennent voir. Les clients disent je n’étais jamais entré chez vous, ça n’adonnait pas, je savais pas trop ce qu’il y avait ». Maintenant, les gens prennent le temps d’entrer.

Beaucoup de commerces se sont, comme on dit, viré de bord et ont établi le système de livraison à l’auto sur appel, afin de faire du commerce sans outrepasser les consignes sanitaires en vigueur.

« Les gens étaient habitués d’avoir du service, et je pense que les commerçants se sont surpassés pour en donner encore  plus ».

Une leçon qu’on peut tirer selon le président de la SDC est « qu’il faut faire attention à notre monde ».

La co-propriétaire du magasin Émile Denis Ltée, Mélanie Genois, est contente de la réponse des gens. « Ça marche vraiment bien, on est vraiment content. Il y a beaucoup de besoins pour les travailleurs à ce temps-ci de l’année ».

En principe, seul les proprios du magasin sont sur les planches, mais ils font entrer des employés au besoin pour les dépanner.

« On a vraiment hâte de réouvrir de la bonne façon, d’accueillir nos clients autrement que par téléphone. Mais on est contents que nos clients viennent nous voir », exprime Mme Genois.

Corporation de développement

La directrice commerciale et touristique de la Corporation de développement de Saint-Raymond (CDSR), Marie-Christine Morasse, souligne elle aussi cet état de fait.

Service au volant, service au trottoir, produits et services sur rendez-vous, tout cela est pertinent dans le contexte.

« La lignée de la Corpo va toujours se poursuivre avec l’achat local, et le fait d’encourager nos gens d’ici. Que ce soit par le panier bleu, Ma Zone locale, etc., c’est important d’encourager le local ».

« Au niveau touristique, on a tellement un grand terrain de jeu, poursuit Mme Morasse, tellement agréable à visiter ».

Mais en même temps, elle souligne l’aspect couteau à double tranchant de cette situation. Toujours très contents d’avoir des visiteurs, mais en même temps il faut garder en tête toute l’implication au niveau de la santé si les consignes ne sont pas respectées.