fbpx

Impact du confinement chez les concessionnaires automobiles

Impact du confinement chez les concessionnaires automobiles

SAINT-RAYMOND | Les prédictions s’annonçaient très bonnes pour le secteur de l’automobile en 2020. Cependant, au mois de mars, la pandémie mondiale est venue redistribuer les cartes.  Voici un bref portrait des derniers mois chez les concessionnaires automobiles de Saint-Raymond.

Évidement, le 22 mars, l’annonce de la fermeture des commerces automobiles a été un coup dur pour tous. Les entreprises devaient informer les employés concernant la mise à pied de la majorité d’entre eux. « Ça a été un moment difficile, car on s’en allait vers l’incertitude. Il fallait cependant rassurer nos employés sur le fait qu’on reviendrait à la normale », commente Claude Plamondon, propriétaire de St-Raymond Toyota. Même scénario chez Germain Chevrolet St-Raymond, Dalton Ford Saint-Raymond, Hyundai St-Raymond et Autos Hervé Fiset alors, qu’en moyenne, 90 % des travailleurs devaient demeurer à la maison. Pendant ce temps, la production dans les usines était également arrêtée.

Diminution des ventes

Malchance de plus, cela s’est produit au printemps pendant ce que plusieurs considèrent comme une période naturelle d’achat pour les véhicules neufs ou usagés. La période de fermeture, d’un mois et demi, est qualifiée de passablement catastrophique, car il a été impossible de rattraper l’ensemble de ces ventes par la suite. « Les mois de mars et avril sont nos plus gros mois de l’année. Dans notre cas, on parle de 50 à 60 ventes de moins qu’il a été impossible de recouvrir pour l’année 2020 », indique Mario Fiset, propriétaire d’Autos Hervé Fiset. Chez Germain Chevrolet St-Raymond, le directeur général Louis-Philippe Moisan évoque une baisse probable de 15 % des ventes. Cela est sensiblement le même cas chez les autres concessionnaires raymondois qui enregistrent des diminutions. Cette performance est tout de même meilleure que celle de l’ensemble de l’industrie automobile canadienne qui, selon (Automotive New Data Center), enregistre un recul de 23,6 %.

Approvisionnement

Par la suite, des problèmes d’approvisionnement se sont ajoutés chez la majorité des  concessionnaires. Le volet mécanique des entreprises a été en mesure de reprendre rapidement les opérations, mais les salles de montre ont rouvert seulement en mai. « Pour nous et les manufacturiers, il était impossible de savoir combien de temps  la fermeture allait durer. Alors, on ne voulait pas se retrouver avec des inventaires qui ne bougent pas. On ne s’attendait pas non plus à ce que les ventes repartent aussi fortement en mai. Comme tout le monde, nous avons manqué d’inventaire au début, mais la situation s’est résorbée dans les derniers mois », résume le copropriétaire chez Hyundai St-Raymond, Etienne Plamondon.

Malgré près de deux mois de fermeture et des problèmes d’approvisionnement, les concessionnaires automobiles tentent de satisfaire la clientèle. Crédit photo: Unsplash

Du jamais vu

Selon les modèles, les autres concessionnaires connaissent aussi des problèmes avec les inventaires « La mondialisation fait en sorte que la production automobile est interreliée dans plusieurs secteurs. Donc, il arrive qu’un véhicule ne puisse pas se faire construire, simplement parce qu’il manque la pièce d’un fournisseur dans un pays qui est plus touché », explique Claude Plamondon. Cette situation est bien visible chez Dalton Ford Saint-Raymond qui affiche le plus bas inventaire jamais vu en 47 ans d’existence. « À la réouverture, la demande était tellement forte qu’il y a avait plus de consommateurs que de véhicules et on a fait des mois pratiquement records. Par la suite, il n’y avait plus d’approvisionnement car les usines ont fermé pendant trois mois. En plus, chez Ford, c’est pire, car il y a un nouveaux modèle qui s’en vient en 2021 et les usines devaient être modifiées », indique Etienne Bédard, copropriétaire et directeur général chez Dalton Ford Saint-Raymond. Il ajoute que les véhicules devraient commencer à arriver en décembre et que la situation devrait être stable vers le début février.

Sécurité pour les employées et les clients

Le bilan des concessionnaires raymondois indique que la demande pour les véhicules neufs et usagés demeure bonne et que de nouveaux inventaires sont graduellement ajoutés. Tous les propriétaires sont également heureux de traverser cette crise en étant en mesure de conserver les équipes qui œuvrent depuis longtemps pour eux.  La sécurité pour les clients et les employés est également primordiale pour toutes les entreprises questionnées. « On prend à cœur la santé de tout le monde. On a plusieurs processus à l’interne afin d’assurer la sécurité de nos clients et de nos employés », explique Louis-Philippe Moisan. « La pire chose qui pourrait nous arriver, c’est d’être obligé de fermer à cause d’une propagation à l’intérieur de nos entreprises. Donc, nous sommes très disciplinés », ajoute Claude Plamondon.

Crédit photo principale: Unsplash