fbpx

Secondaire 5: « C’est rendu plate, on n’a plus le goût d’y aller à l’école »

Secondaire 5: « C’est rendu plate, on n’a plus le goût d’y aller à l’école »

SAINT-RAYMOND | C’est un véritable cri du cœur que François Girard, élève de secondaire 5 à l’école Louis-Jobin, a lancé sur son compte Instagram, le 23 novembre dernier. Interpellant directement le Premier ministre François Legault, le jeune homme de 16 ans dénonce dans son message la fatigue et le découragement qui règnent présentement au sein de sa classe. « Être un jour sur deux [physiquement à l’école] c’est rough », confie-t-il.

« On a toujours une petite flamme de savoir qu’on est en secondaire 5 et qu’on est rendu-là. C’est notre année […], mais cette flamme-là on ne l’a plus personne », mentionne François Girard.

« C’est vrai que depuis un certain temps l’école c’est pénible et plus difficile », ajoute sa camarade de classe Jade Lesage.

Cette dernière a d’ailleurs confié à InfoPortneuf éprouver une certaine difficulté depuis la mise en place des mesures sanitaires exigées par la zone rouge. « J’ai de la difficulté dans des matières qui, d’habitude, étaient faciles. […] Maintenant ça va vraiment moins bien », commente-t-elle.

« Découragés, épuisés, oubliés »

« Je ne sais pas comment vous pensez que les jeunes vivent cette pandémie, mais malheureusement ça ne se passe sûrement pas comme vous le pensiez. La plupart d’entre nous sont complètement découragés, épuisés, vidés. Nous nous sentons oubliés », relate François Girard dans sa publication Instagram.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par François Girard (@francoisgirard_)

L’aspect dynamique et social, c’est ce qui manque le plus au jeune homme. « Je suis bien impliqué dans l’école. On est capable d’avoir une vie au travers de nos études, mais là avec la distance et [le fait d’] être à la maison c’est plus difficile. On n’a plus le même feeling d’aller dans des réunions ce n’est plus l’fun », expose-t-il.

« On ne voit plus notre monde. Avant l’école c’était une place où on aimait aller où on pouvait voir nos gens. On avait des relations humaines et sociales, mais avec [toutes les mesures] ce n’est plus du tout ça », renchérit François.

« Il y a sûrement un moyen de rendre l’école moins difficile et moins stressante pour les jeunes. De rendre l’école aussi agréable qu’elle l’était avant, tout en nous faisant respecter les règles sanitaires » — Jade Lesage, élève de secondaire 5 à l’école Louis-Jobin

Un congé des Fêtes appréhendé

La décision du gouvernement d’allonger de deux semaines le congé des Fêtes aux élèves du secondaire apporte une certaine crainte pour Jade Lesage. « Un mois de congé, quand on va retourner à l’école ça va être un peu plus difficile de se remettre au travail et oui on va accumuler du retard pour les examens », indique-t-elle.

La jeune femme appréhende notamment le respect des délais pour sa demande d’admission au cégep. « Les profs sont déjà en train de se courir pour rentrer des évaluations, qu’ils ont un peu partout pour qu’on puisse avoir des notes pour nos admissions au cégep », explique celle qui aspire étudier au cégep de St-Lawrence en Arts, littérature et communication.

Rencontre avec le député

François et Jade, ainsi que leurs camarades de classe rencontreront le député de Portneuf, Vincent Caron, le 27 novembre prochain afin de leur faire part de leur situation. « J’ai bon espoir que ma voix se fera entendre parce que je me dis que [M. Caron] travaille souvent avec Jean-François Roberge, le ministre de l’Éducation et François Legault », soutient François Girard.

Photo principale: François Girard et Jade Lesage espèrent faire bouger les choses d’ici la fin de leur année scolaire. Crédit: Sarah Lachance