fbpx

Déjà un an pour Emy boutique et confection

Déjà un an pour Emy boutique et confection

SAINT-RAYMOND | Le 12 novembre dernier marquait le premier anniversaire d’Emy boutique et confection au centre-ville de Saint-Raymond. Au terme de cette première année, la propriétaire Émilie Therrien se dit bien heureuse du travail qu’elle a accompli jusqu’à présent. « C’est sûr que la pandémie a joué beaucoup dans ma première année d’ouverture […], mais je suis satisfaite de pouvoir continuer à progresser là-dedans », confie-t-elle.

Située au 204 rue Saint-Joseph, l’entreprise offre du prêt-à-porter pour toute la famille. Quelques créations font également partie de l’inventaire, dont des tuques.

Dans les prochains mois, Mme Therrien souhaite offrir à ses clients davantage de produits issus de son cru. « On fait beaucoup de prototypes ces temps-ci et on les met sur notre page Facebook. On voit les réactions alors si c’est quelque chose qui a suscité beaucoup d’intérêt c’est sûr qu’on va en produire plus », souligne la couturière.

Parmi les futures confections qui sont en cours, on compte des pantoufles pour enfants et des petits habits en coton ouaté avec des pantalons évolutifs. « Je veux développer tout le côté création de la compagnie aussi et mettre toutes mes connaissances là-dedans. C’est vraiment ça qui me passionne », indique la propriétaire d’Emy boutique et confection.

Les tuques conçues par Émilie Therrien sont très colorées. Crédit: Sarah Lachance

Une forte demande pour les réparations

Depuis son ouverture, la réparation constitue une bonne partie du travail pour la couturière. Une demande tellement grande, qu’elle a dû engager une employée à temps partiel pour l’aider. « Les réparations rentraient plus vite que ce que j’étais capable d’en sortir et je n’avais plus le temps de faire ma comptabilité, ma gestion et de rencontrer mes fournisseurs », mentionne-t-elle.

« C’est un plus pour l’entreprise et Gabrielle est bonne en couture et en patron alors c’est sûr qu’elle peut m’aider à faire beaucoup de réalisations », ajoute Émilie Therrien.

Prioriser l’achat local

Avec la pandémie, une certaine vague pour l’achat local s’est fait ressentir un peu partout à travers la province. Cet élan n’a d’ailleurs pas manqué de faire écho chez Emy boutique et confection. « Il y a encore beaucoup de monde qui préfère venir magasiner ici avant de monter à Québec », constate la couturière.

Un site Internet transactionnel est également dans les plans de Mme Therrien pour l’année à venir. « Tout le monde s’en va par-là, alors je n’ai pas le choix », conclut-elle.

Photo principale: Émilie Therrien et son employée Gabrielle Pagé travaillent fort pour créer de belles nouveautés. Crédit: Sarah Lachance