fbpx

«Empreintes»: la deuxième vague de dessins de Marie-Fauve Bélanger

«Empreintes»: la deuxième vague de dessins de Marie-Fauve Bélanger

SAINT-RAYMOND | L’InfoPortneuf vous présente le deuxième portrait des artistes de l’exposition Empreintes. « J’avais l’intention d’être artiste depuis que je suis toute petite », révèle Marie-Fauve Bélanger, l’une des artistes de l’exposition collective su centre-ville de Saint-Raymond. « On est dans le milieu des arts dans la famille », précise la jeune femme. De fait, deux de ses trois sœurs sont également dans le domaine artistique.

Cette artiste qui a fait de Saint-Léonard sa ville d’adoption a réalisé, justement avec sa sœur, la murale qu’on peut admirer sous le pavillon Marguerite-d’Youville de l’école primaire Grande-Vallée. Les deux sœurs opèrent une entreprise artistique sous le nom de Graffiti de Fauve.

Détentrice d’un baccalauréat en Arts visuels de l’Université Laval et d’une technique en Sculpture de la Maison des métiers d’arts, Marie-Fauve vit de son art.

« Quand il y a eu la pandémie, dit-elle, tout le monde a été confiné et la plupart des contrats de sculpture au Québec ont été soit reportés ou annulés. La plupart des artistes n’avaient plus de contrat. Moi je me suis créé de la job, des contrats, des projets. Mais ce contrat-là était juste pour moi, pas payé ».

Dessins de voyages et autres

« Quand je voyageais, explique Marie-Fauve Bélanger, j’avais toujours mon carnet de voyage pour dessiner des choses qui me touchent, souvent des paysages. Au lieu de faire un reportage photo de mon voyage, je faisais des dessins ».

Une partie de la série de dessins de Marie-Fauve Bélanger. Crédit: Courtoisie

C’est justement dans le but de se remettre au dessin qu’elle a pris l’initiative de créer une œuvre par jour, pendant les trois mois de confinement.

Au début elle a dessiné des paysages de Saint-Léonard. Cherchant parallèlement d’autres sujets, elle reprend l’idée des voyages. « Pour faire voyager les gens à travers mes dessins », dit-elle.

Pour trouver des sujets, elle fait appel à des amis voyageurs, puis à toute la communauté de Saint-Raymond et des environs. « J’ai reçu vraiment beaucoup de photos, avoue-t-elle, assez pour m’occuper pendant trois mois ».

« Avec Étienne [St-Pierre, coordonnateur à la culture], on voulait vraiment intégrer les gens du coin, pour que les gens s’approprient les prochains dessins ».

Les nouveaux dessins seront publiés les mardis sur sa page Facebook « Carnet de voyages, ma deuxième vague de dessins » et également sur Instagram.

« Ça va me prendre des sujets, clame-t-elle, j’en ai 50 à faire pour l’année ».

Les gens du public sont donc invités à lui envoyer trois images via sa page Facebook pour qu’elle les illustre.

Rappelons que les dessins de Marie-Fauve Bélanger sont présentés dans la vitrine de l’ancien Uniprix, dans le cadre de l’exposition Empreintes, qui animera le centre-ville jusqu’à l’automne 2021.

Photo principale: Les dessins de Marie-Fauve Bélanger lui permettent de voyager à son tour. Crédit: Courtoisie