fbpx

Saint-Raymond Ville rose: plus de 8 500 $ recueillis

Saint-Raymond Ville rose: plus de 8 500 $ recueillis

SAINT-RAYMOND | La septième édition de Saint-Raymond Ville rose a pris fin comme il se doit avec les derniers jours d’octobre. L’instigatrice Christiane Huot annonce une récolte record pour cette édition 2020, qui a rapporté 8 580 $.

Sans la possibilité de tenir l’événement phare qu’est le Souper rose, les organisateurs, Mme Huot et le maire Daniel Dion (son conjoint) avaient fixé un objectif assez modeste de 2 000 $ pour cette cause dédiée à la recherche sur le cancer du sein.

« On n’y allait pas trop fort, on voulait être certains de notre affaire vu qu’il n’y avait pas de Souper rose ». Mais bientôt, le couple de « porteurs de lumière » a revu son objectif à 4 000 $, puis à 6 000 $, pour finalement dépasser les 8 500 $.

Au total, ce sont 81 dons qui ont été recueillis en ligne via le site de la Ville. « On s’aperçoit que chaque année, c’est (les dons en ligne) de plus en plus populaire ».

Crédit: Courtoisie, Daniel Martel

À ces montants se sont rajoutés 1 400 $ provenant de la vente de la bière maison Rosavie du Roquemont. Vingt sous étaient versés pour chaque bouteille vendue tout au long de l’année.

Un autre montant, celui-là de 1 152 $. a été généré par la vente de masques confectionnés par l’entreprise de Mme Josée Dion, Vêtements Konfo. Un total de 384 de ces masques, évidemment de couleur rose, ont été vendus pour la cause du cancer du sein.

Dans le cadre de cette campagne qui revient chaque automne, on aura eu droit à de touchants témoignages. D’abord celui de Marianne Robitaille, qui a abordé l’aspect génétique de cette maladie également vécue par une autre membre de sa famille.

Crédit: Courtoisie, Daniel Martel

Aussi, le témoignage de Valérie Bouchard, qui a dû combattre la maladie alors qu’elle était enceinte. On nous dit que la mère et l’enfant vont bien. « Les témoignages nous ont beaucoup aidés », commente Mme Dion.

Enfin, la copropriétaire du Roquemont, Mily Ouellet, a également témoigné de personnes autour d’elle qui ont été touchées par le cancer du sein.

L’instigatrice Christiane Huot s’est dite contente de voir du rose un peu partout dans la ville, notamment au centre-ville, dans les clochers et dans les édifices publics de la ville y compris la nouvelle caserne des pompiers.

Les profits iront au Centre des maladies du sein Deschênes-Fabia du CHU de Québec (Hôpital du Saint-Sacrement).

Photo principale, crédit : Courtoisie, Daniel Martel