fbpx

Marin Wildside: Quatre Raymondois parmi les gagnants

Marin Wildside: Quatre Raymondois parmi les gagnants

SAINT-RAYMOND | La compétition du Marin Wildside Enduro du 12 juillet dernier a été une journée mémorable pour quatre Raymondois qui ont réussi à se tailler une place en tête du classement. Le Infoportneuf s’est entretenu avec trois d’entre eux afin d’en savoir un peu plus sur leur expérience.

 Vincent Légaré, Kevin Beaupré et Geneviève Hardy et Valérie Filion en était tous les quatre à leur première compétition de style Enduro. Ils ont été parmi les chanceux à pouvoir se procurer une place parmi les participants. « Le début des inscriptions était à 8 h et quelques heures après, je crois que c’était complet », signale Kevin Beaupré.

C’est d’ailleurs avec une grande surprise qu’ils ont appris lors de la remise des médailles qu’ils ont su se classer parmi les trois meilleurs de leur catégorie. « Durant toute la journée, on ne sait pas qui est premier et qui est dernier. Tu n’as aucune idée de ce qu’est ta position », expose-t-il.

« Tu donnes ton 100 % durant toute la journée. Ça se peut que tu apprennes que tu es douzième, comme tu pourrais être premier » — Kevin Beaupré

Il faut savoir que ce type de course fonctionne en chronométrant uniquement les descentes de chacun des pilotes. « À chaque 30 secondes, c’est un pilote à la fois qui décolle. Alors si on est 50 en haut, ça peut prendre du temps avant que ça soit notre tour », explique Vincent Légaré.

« Ça été une longue journée qui a duré entre 5 et 6 h de course », renchérit Kevin Beaupré.

Chaque participant doit donc s’armer de patience avant de pouvoir s’exécuter dans les pistes. « C’est arrivé qu’on ait dû attendre environ 45 à 50 min pour faire une descente », ajoute Geneviève Hardy.

En terrain connu

Étant de la région, la connaissance du terrain a joué en la faveur de Geneviève, Kevin et Vincent. La veille de l’événement, les participants avaient la possibilité de faire du repérage. « On avait l’avantage de connaître les pistes, comparativement à d’autres pilotes qui sont venus tout analyser. On savait un peu où l’on s’en allait », commente Vincent Légaré.

« C’est notre coin à nous, c’est notre montagne. C’est pour ça qu’on s’est inscrit » — Vincent Légaré

C’est plutôt la température qui a été l’appréhension de la journée de la part du quatuor. « On a commencé un peu insécure pour la météo. On avait peur que ça soit plus glissant et difficile parce que les pistes allaient être mouillés, mais on a tous été surpris du fait que c’était pas mal plus beau et qu’au final quand même adhérant », indique Geneviève Hardy.

Le quatuor était bien content de se retrouver parmi les trois premiers de leur catégorie. Crédit: Facebook Sports Experts St-Raymond

« En fait, le système de drainage [des sentiers] est bien pensé. L’eau s’est bien écoulée et c’est pour ça que ça séché rapidement », mentionne M. Légaré.

À la fin de la journée, les conditions étaient un peu moins évidentes en raison de l’humidité et des lignes qui se dessinaient un peu plus dans les pistes.

Expertise, la clé de la réussite

Il faut dire que la préparation pour ce genre de compétition ne s’évalue pas en nombre d’heures, mais plutôt en années d’expérience. « Ce sont des habiletés qui sont longues à développer sur un certain temps. Les trois on voyage, donc on voit beaucoup d’autres genres de montagnes et de types de terrains », confie Vincent Légaré.

Musculaire et cardio à la fois, ce type de vélo de montagne comporte aussi son niveau d’imprévisibilité. « Ce n’est pas le même type de préparation qu’un marathon où tu le fais, tu es prêt et tu sais que tu vas réussir. Là, il y a la prise de décision sur le moment et les conditions qui évoluent. Tu dois réagir à ce qui se présente à toi », soulève Mme Hardy.

« Tu sais ce qui va t’attendre à un bon 75 %, mais il y a toujours un 25 % d’impondérable » — Geneviève Hardy

Le bon équipement

Pour être éligible à la course, chacun des participants devait être muni d’une protection dorsale ou d’un sac d’hydratation de type CamelBak afin d’être protégé en cas d’impact.

« C’est pour ça aussi qu’on ne s’équipe pas de la même façon. De plus en plus on va voir des gens qui portent un casque avec une mâchoire », constate Geneviève Hardy.

Tenteront-ils à nouveau l’expérience ? « La porte n’est pas fermée », comme l’évoque Vincent Légaré. De son côté Kevin Beaupré se dit lui aussi prêt à prendre part à une autre durant l’été.

Vincent Légaré a terminé en deuxième position dans la catégorie Maître expert hommes, 35 ans et +. De son côté Kevin Beaupré a obtenu le premier rang dans la catégorie Sénior expert hommes. Valérie Filion et Geneviève Hardy ont fini respectivement en première et deuxième position dans la catégorie Senior sport femmes.

Photo principale, de gauche à droite: Geneviève Hardy, Valérie Filion, Kevin Beaupré et Vincent Légaré. Crédit: Sarah Lachance