fbpx

Jean-Claude Paquet: 54 ans au service de la population

Jean-Claude Paquet: 54 ans au service de la population

SAINT-RAYMOND | Début mai, il y a eu 54 ans que Jean-Claude Paquet a fait partie du corps de pompiers de Saint-Raymond.

Fin 2019, Jean-Claude Paquet laissait son poste de directeur de la brigade du Service des incendies, poste qu’il occupe depuis 2007. Depuis l’annonce de son départ et jusqu’au 30 mai, il reste au service de la Ville afin de terminer son mandat à la direction et la transition avec son successeur.

« Depuis 1966, je dors avec une radio et un padget à côté de moi. Je ne m’en vais pas parce que je n’aime pas ça. Mes années que j’avais à donner ont été données, et je veux avoir de bonnes années pour moi […] Je ne regrette pas les années que j’ai faites », raconte l’homme de 78 ans qui jouit toujours d’une excellente santé.

C’est au sein du corps de la Protection civile que Jean-Claude Paquet a débuté sa longue carrière au service de la protection de la population.

Rappelons que la Protection civile, un organisme de « premiers répondants », qui n’existe plus aujourd’hui, regroupait une quinzaine de bénévoles.

Comme il était appelé à être sur les mêmes événements que les pompiers, il lui arrivait parfois de les aider. Tout naturellement, il a donc rejoint la brigade incendie, dans laquelle il s’est impliqué depuis. Notons également que M. Paquet a été ambulancier pendant 40 ans.

Mai 1966 fut un mois déterminant pour Jean-Claude Paquet, puisqu’il est devenu pompier au début mai, et ambulancier à la fin mai de la même année. Il a donc partagé son temps entre ces deux services essentiels.

Être pompier, une passion 

« Je vais être très franc, oui c’est une passion, avoue Jean-Claude Paquet. J’ai toujours aimé ça être pompier. On est au service de la population ».

L’an dernier, ce sont 164 sorties que les pompiers de Saint-Raymond ont effectuées, sur un territoire à couvrir qui se compose également de Saint-Léonard-de-Portneuf et de Lac-Sergent. Il y a toujours plus de maisons à protéger, et plus d’interventions à faire.

« Il faut que la famille et la conjointe l’acceptent », dit-il, puisqu’il faut être prêt à partir en tout temps.

Parmi les événements qui ont été les plus marquants, Jean-Claude Paquet cite l’incendie de la salle des Chevaliers de Colomb. À l’origine, les pompiers avaient été demandés pour un feu dans un arbre, mais lorsqu’ils sont arrivés sur place, le bâtiment était en feu. Il faut alors changer le plan d’intervention.

Un autre événement a été l’incendie du fleuriste Primevert, un lendemain de Jour de l’an. Et que dire des incendies au centre-ville. « J’avais hâte que ça arrête », avoue M. Paquet.

Lui arrive-t-il d’avoir peur ? « Quand tu arrives sur une intervention, tu ne penses pas à ça ! ».

Quelques faits historiques

Le premier chef de la brigade incendie a été M. Lucien Lebœuf, et les chefs qui lui ont succédé ont été Maurice Paquet, Marc-André Pelletier, Jean-Noël Jobin, Gaston Baribault, Roland Hamel et Jean-Claude Paquet. Tel qu’annoncé la semaine dernière, c’est Cédric Plamondon qui sera le nouveau directeur du Service des incendies et de la sécurité publique de Saint-Raymond.

Chez les Paquet, le métier de pompier c’est une affaire de famille. Sept frères Paquet ont fait partie des pompiers, tous en même temps pendant une période. Il s’agit de Laurent, Wilfrid, Marcel, Jean-Claude, Réjean, Michel et Bob. Sans compter quelques neveux.

Le 17 septembre 2009, Jean-Claude Paquet recevait la Médaille de la Gouverneure générale pour services distingués des services d’urgence médicale. M. Paquet avait déjà reçu, en 2007, la Médaille première et deuxième barrette des pompiers pour souligner ses 40 ans de service.

Photo: Gaétan Genois

#Suivez-nous sur Instagram