fbpx

Une activité contre l’intimidation et la violence

Une activité contre l’intimidation et la violence

SAINT-RAYMOND | Le vendredi 21 février marquait la fin de la semaine contre l’intimidation et la violence à l’école Saint-Joseph de Saint-Raymond.

Pour l’occasion, les élèves de l’école sont sortis dans la cour où ils ont chanté la chanson thème de la semaine contre l’intimidation. Sur l’air bien connu de « Coton Ouaté » du groupe Bleu jean bleu, les mots sont très significatifs : Eille, es-tu prêt, c’est fini de s’faire intimider.

Cette chanson thème était d’ailleurs chantée tous les jours par les élèves en classe. Outre la chanson thème, chacun des cinq jours de la semaine débutait par un vox pop par les élèves du service de garde sur intercom, un défi du jour présenté à la récréation du matin, et une mise en situation au service de garde.

Toute ces activités abordait des thèmes promouvant la bonne entente entre les élèves : Sourire à quelqu’un que tu ne connais pas, Ce qui donne envie d’être mon ami, Faire un compliment à quelqu’un, Rendre service à quelqu’un, Comment se faire des amis, Trouver une qualité à ton voisin de gauche et la lui dire, etc.

Voici l’un des 5 défis de la semaines que les élèves devaient relever. Ils étaient fiers de dire à leur enseignante qu’ils l’avaient fait. Crédit: Courtoisie

Une mesure concerne les autobus scolaires. L’adjointe à la direction Marie-Claude Gignac révélait que c’est l’endroit le pire pour l’intimidation, étant donné que le chauffeur de l’autobus ne peut intervenir directement lorsque ces situations se présentent.

Si aucun incident lié à l’intimidation n’a lieu dans un autobus (il y en a 19), le chauffeur apposera une étoile sur un certificat remis par la direction. Les autobus qui recevront cinq étoiles pendant la semaine seront attestés « autobus sans violence ».

Cette semaine contre l’intimidation et la violence a été initiée par, et est spécifique à l’école. Elle était organisée par un comité regroupant les techniciennes en éducation spécialisée, deux enseignantes, la direction et  le service de garde.

« C’est rare dans les écoles qu’on voit ça, confie Mme Gignac. On veut que ça soit implanté dans la culture de l’école ».

Cette activité s’inscrit dans le plan d’action violence de l’école.

Photo d’en-tête: les élèves chantent la chanson thème dans la cour de l’école. Crédit: Courtoisie

#Suivez-nous sur Instagram