fbpx

Neige en Fête: un beau 25e

Neige en Fête: un beau 25e

Saint-Raymond | Le 25e festival Neige en Fête se tenait en fin de semaine à Saint-Raymond. Dimanche, c’est sur la rue Honoré, juste devant l’ancienne caserne de pompiers, que le grand public a pu admirer les « belles d’autrefois », soit les machines sorties de l’imagination de l’inventeur Joseph-Armand Bombardier.

Mais tout a débuté comme il se doit par le cocktail 5 à 7 de bienvenue à l’hôtel Roquemont. Vendredi, après la randonnée du Mentor et le souper au Roquemont, c’était la randonnée de 20 km au « clair de lune », qui s’est terminée au centre Ski Saint-Raymond.

Feu de joie, feu d’artifice et musiciens étaient au programme de la soirée qui a réuni beaucoup de monde au centre de ski.

Samedi, la randonnée de véhicules antiques a mené la soixantaine d’autoneiges à Saint-Augustin-de-Desmaures. Le retour n’a pas été évident pour plusieurs des machines qui sont restées prises dans la neige.

Enfin, dimanche, les autoneiges ont voyagé du Relais St-Raymond jusqu’au site d’exposition de la rue Honoré, qui était prévue durer jusqu’à 15h. La température à peine un peu froide mais au grand soleil était parfaite.


Un passionné

Disons-le, tous les propriétaires d’autoneiges et de motoneiges antiques qui font une route parfois longue afin de participer à Neige en Fête doivent être des passionnés.

L’un d’entre eux est Michel Béland, qui est là depuis les tout débuts du festival avec sa collection personnelle.

La première année, alors que le festival ne recevait que des motoneiges antiques, on lui avait demandé de venir avec une autoneige afin de promener le maire et les dignitaires. Puisqu’il y avait 13 personnes à transporter, M. Béland a amené deux véhicules.

« Toutes les gens étaient impressionnés de voir la restauration de ces véhicules qui fonctionnent encore ».

L’année suivante, Michel Béland vient avec quatre machines, puis l’année suivante avec huit. Il a emmené jusqu’à 12 véhicules à Neige en Fête. « C’est comme ça que ça a commencé », dit-il.

Les premiers véhicules, explique-t-il, sont de 1937. Toute sa collection se compose de vrais véhicules Bombardier, sauf un qu’il a lui-même « cloné » à partir d’un camion Ford, sur lequel il a installé les chenilles.

« J’ai aussi plus de plaisir aujourd’hui à les montrer. On a mis souvent 400 à 500 heures de travail à restaurer [une machine], ce n’est pas pour la laisser dans le garage sous une toile ».

Michel Béland participe à plusieurs festivals du genre, dont celui de la semaine précédente à Saint-Cyrille, celui de Saint-Raymond, puis chez lui à Matawin dans trois semaines.

Fidèle au poste, Pierre Robitaille, l’un des fondateurs du festival Neige en Fête, a fait la description et la présentation des autoneiges alors qu’elles arrivaient sur le lieu d’exposition. Pour une 16e année, Neige en Fête était sous la présidence de Denys Tremblay.

Photos: Gaétan Genois