fbpx

Poulailler Portn’œuf: rencontre avec Laurence Petitclerc

Poulailler Portn’œuf: rencontre avec Laurence Petitclerc

SAINT-ALBAN | Voilà deux ans, Poulailler Portn’œuf accueillait ses premières poules. Depuis, beaucoup de chemin a été parcouru. Infoportneuf est allé à la rencontre de Laurence Petitclerc, la jeune productrice d’œufs de 23 ans qui se trouve derrière le succès de cette entreprise portneuvoise.

Entre les particuliers qui possèdent quelques poules et les grands élevages industriels, il existe un créneau encore peu exploité au Québec: celui des petits quotas d’exploitation, dans lequel Laurence Petitclerc fait figure de précurseure.

Fille d’agriculteurs, la propriétaire de Poulailler Portn’œuf a déjà parcouru un long chemin malgré son jeune âge.

Depuis deux ans, Laurence Petitclerc a accompli un travail titanesque.

En 2017, elle termine sa technique en gestion et technologies d’entreprise agricole au Cégep de Lévis-Lauzon. Déjà, une idée commence à germer dans son esprit : se lancer dans la production d’œufs de poules en liberté.

Elle participe ainsi à un concours organisé par la Fédération des producteurs d’œufs du Québec et devient récipiendaire du Programme d’aide au démarrage de producteurs d’œufs dédiés à la vente directe.

Ce programme lui octroie le droit d’utiliser un quota d’un maximum de 500 pondeuses.

« Si j’étais partie seule dans cette aventure, ça m’aurait coûté 245 dollars par poule pour avoir le droit de produire », fait savoir Laurence.

Aménagement de la ferme familiale

Dans le Chemin Petitclerc à Saint-Alban, la ferme laitière des parents de Laurence a été complètement réaménagée pour accueillir les 500 poules brunes. « On est passé d’une trentaine de vaches à 500 poules, tout ça très rapidement », raconte la jeune productrice.

Les poules sont arrivées en février 2018. Nourries au grain, elles ont accès à des perchoirs, des nids de ponte et peuvent aller à l’extérieur l’été.

« Nos poules, on les aime, et ça fait de bons œufs », précise avec fierté Laurence.

En avril 2018, lors du gala local du 20e Défi OSEntreprendre, Laurence se voit décerner le prix coup de cœur du jury. En octobre, elle reçoit le prix Recrue de l’année du Marché Public de Deschambault. Plus récemment, elle s’est vu décerner une bourse d’honneur de 25 000 $ du gouvernement du Québec.

La bourse a été décernée dans le cadre du programme Développement de l’entrepreneuriat québécois.

Des journées bien remplies

Chaque jour, Laurence nourrit les poules, les fait sortir, ramasse les œufs pour ensuite les mettre en boîte. « Ça fait de bonnes journées », reconnaît-elle. Heureusement, elle peut compter sur le soutien de sa famille et de plusieurs amis.

Afin de pouvoir faciliter son travail, elle a mis en place un système de libre service afin de vendre ses œufs. « Les clients viennent quand ils veulent dans la journée, on leur fait confiance et ils nous font confiance », indique Laurence.

Des projets plein la tête

L’été dernier, Laurence a commencé à vendre des œufs de caille. Elle s’est rendue dans plusieurs marchés publics, ce qui lui a permis de tisser de beaux liens avec d’autres producteurs portneuvois.

Laurence Petitclerc au marché public de Saint-Raymond.

À l’avenir, elle aimerait diversifier davantage son offre, avec plus d’œufs de caille, des œufs de canard ou de la viande. « Je veux que les gens puissent se faire un beau panier d’épicerie quand ils viennent à la ferme », lance-t-elle.

Son rêve serait de pouvoir atteindre le maximum de personnes dans Portneuf pour vendre ses produits. Elle a déjà mis en place plusieurs points de dépôts dans la région.

« De voir les gens ne plus pouvoir se passer de mes œufs, c’est la plus belle des récompenses », conclut Laurence.

#Suivez-nous sur Instagram