fbpx

Les anciens du club d’athlétisme Tardivel se retrouvent

Les anciens du club d’athlétisme Tardivel se retrouvent

En 1973, l’enseignant en éducation physique de l’école secondaire de Donnacona Jacques Alain, mettait sur pied le club d’athlétime Tardivel.

Le 21 septembre dernier, les « Retrouvailles » du club d’athlétisme Tardivel réunissaient 48 personnes, au parc des Berges à Donnacona. Une soixantaine d’invitations avaient lancées auprès des athlètes qui en avaient fait partie le plus longtemps, soit tout au long de leur parcours au secondaire. Certains de ces anciens du club avaient jusqu’à 65 ans.

C’est suite à l’intérêt démontré par des étudiants des quatre écoles secondaires de la Commission scolaire Tardivel que M. Alain a fondé le club. Le légendaire club réunissait des athlètes qui souhaitaient s’entraîner à l’année. Ces élèves étaient sélectionnés pour prendre part aux compétitions régionales scolaires de l’automne en cross-country et de la fin de l’année scolaire en athlétisme.

« Le club d’athlétisme Tardivel était reconnu au niveau de la province, rappelle Mario Larue, qui a pris la relève de M. Alain en 1982 en tant qu’entraîneur de l’équipe. Quand le Triaste de l’Université Laval a été officiellement fondé, on rivalisait avec leurs athlètes du même âge. On était souvent le club qui envoyait la plus grosse délégation aux championnats provinciaux en cross-country et en athlétisme », ajoute-t-il.

« On a fait les Jeux du Québec pendant plusieurs années, que ce soit Val d’Or, Sept-Îles, un peu partout ».

Les entraînements se faisaient toujours à l’école secondaire Donnacona. « À raison de trois entraînements dirigés par semaine, les jeunes du club devaient y investir deux autres entraînements individuels. Le club participait à environ 35 compétitions par années, à la grandeur de la province, hiver comme été. De plus certaines compétitions se déroulaient sur 3 à 5 jours. Pour ceux qui excellaient, nous sortions hors Québec. Les compétitions se tenaient non seulement au niveau scolaire, mais aussi au niveau civil », explique M. Larue.

Mario cite quelques exemples de compétition où les jeunes du club sont allés : Colgate Women’s Games, la sélection des Jeux du Canada, les Championnats canadiens en athlétisme.

Les compétitions régulières avaient lieu dans des endroits comme le PEPS de l’Université Laval, à Sherbrooke, au centre Claude-Robillard à Montréal. Il y avait aussi de plus petites compétitions. Mario Larue se souvient avoir organisé une compétition pour la grande région de Québec, à la Polyvalente de Saint-Raymond.

« Plus les jeunes compétionnaient, plus ils tiraient d’expérience de tout ça », dit Mario Larue.

Le club a fonctionné jusqu’en 1989, au moment où la Commission scolaire a coupé les budgets en totalité.


#Suivez-nous sur Instagram