fbpx

Saint-Raymond : Le pont 06182 devient officiellement Pont Tessier

Saint-Raymond : Le pont 06182 devient officiellement Pont Tessier

On le désignait officieusement sous le nom de pont Tessier, mais pour le ministère de Transports, le pont d’acier qui enjambe la rivière Sainte-Anne était simplement identifié pont numéro 06182.

Mardi dernier, une courte cérémonie a souligné le digne anniversaire de ce pont inauguré il y a 130 ans jour pour jour, le 15 octobre 1889. Par la même occasion, le pont était officiellement nommé Pont Tessier, après que le Commission de toponymie du Québec eut rendu une décision à cet effet le 27 septembre dernier.

Cette double célébration a été l’occasion du dévoilement d’un 7e affichage du parcours historique de Saint-Raymond. Le panneau d’interprétation relate l’histoire du pont, et rappelle comment on traversait la rivière avant qu’il y ait un pont.

Le Pont Tessier n’a pas été le premier à franchir la rivière à cet endroit. Pont rouge, pont de la misère, pont maudit, étaient autant de noms par lesquels nos ancêtres raymondois désignait la structure de bois qui a précédé le Pont Tessier.

Le pont de bois a été construit en 1875 mais s’est avéré fort coûteux d’entretien, notamment à cause des avaries causées par les glaces et les inondations.

Il faut croire que c’était une problématique générale, pas seulement chez nous mais dans l’ensemble de la province. C’est sans doute pourquoi le gouvernement du Premier ministre Honoré Mercier a instauré la politique des ponts métalliques. Plus légers, plus solides, moins coûteux à l’entretien.

En 1887, l’ingénieur belge Gérard Macquet était nommé directeur de ce nouveau programme. À Saint-Raymond, la construction du pont fut confiée au plus bas soumissionnaire, Dominion Bridge, au montant de 6 900 $ dont 1 740 $ défrayés par la municipalité. Cette contribution municipale correspondait au prix qu’aurait coûté un nouveau pont de bois.

Notons que le chemin de fer passait à Saint-Raymond depuis 1880, ce qui avait eu pour effet de stimuler l’économie locale.

À ce jour, le Pont Tessier reste une construction unique en Amérique du Nord, en tant que l’un des rares ponts à poutre Schwedler et le seul encore en usage.

Le pont de la rivière Sainte-Anne été inauguré et béni le 15 octobre 1889, en présence du curé François Bergeron, du Premier ministre Honoré Mercier venu par train de Québec, du député provincial Jules Tessier et du maire Joseph Linteau.

La réglementation voulait alors qu’il soit défendu d’y laisser trotter les chevaux, et que la circulation devait se faire du côté droit, afin d’user le pont de façon égale. Tout cela sous peine d’amende.

Au printemps dernier, soucieuse de faire reconnaître la valeur patrimoniale de cette structure unique, la Société du patrimoine sous la présidence de Luc Tremblay, demandait à la Ville de Saint-Raymond d’entreprendre les démarches en vue de la citation officielle du Pont Tessier auprès du ministère des Transports et de la Commission de toponymie.

« Un beau cadeau pour le 130e », déclarait le maire Daniel Dion dans son allocution.

Outre le dévoilement d’un panneau historique par les recherchistes Lyne Beaupré et Christiane Huot, ce beau cadeau s’est accompagné d’une exposition photographique, de la création de la bière Pont Tessier par le Roquemont, d’une carte postale souvenir, d’un concours de photographie, d’une conférence dans le cadre des Journées de la culture, d’une série de huit chroniques parues dans Le Martinet, et bien sûr de la cérémonie de mardi dernier.

Les dignitaires sont arrivés à bord d’une magnifique cariole à cheval qui s’est rendue jusque sur le pont, en évitant de trotter bien sûr.

« Un pont qui traverse le temps » était le thème général de toute cette démarche de nomination et de sensibilisation. Tous ont souhaité que le pont ait encore beaucoup de temps à traverser.


#Suivez-nous sur Instagram