fbpx

La vie en rose pour la cause

La vie en rose pour la cause

Clochers roses, hôtel de ville rose, entrées de ville roses, commerces en rose, centre multifonctionnel en rose, bière rose, chanson « La vie en rose ». Tant de cette couleur douce entre toutes, pour sensibiliser, mais aussi pour célébrer d’une certaine façon, les avancées de la médecine dans la lutte contre le cancer du sein. Aujourd’hui, ce sont 88 % des femmes atteintes qui s’en sortent.

Vendredi soir dernier au Centre multifonctionnel Rolland-Dion, 250 personnes ont pris part au 5e Souper rose présenté dans le cadre de la Ville rose, un événement présenté pendant le mois d’octobre à Saint-Raymond, le seul à avoir lieu dans la région en dehors de l’agglomération de la Ville de Québec.

Outre les mots des instigateurs et porteurs de lumière Christiane Huot, aux côtés de son « maire préféré » et conjoint Daniel Dion, le témoignage de Mme Chantal Bastien a touché toutes les femmes et aussi les hommes « qui n’étaient pas partis pour la chasse » et qui assistaient au souper.

« Ça ne devait pas m’arriver, il n’y en avait pas dans ma famille », témoigne cette ex-enseignante. C’est arrivé « un bon soir de juin 2006 », raconte-t-elle, au moment où elle pratiquait justement l’auto-examen de ses seins. C’est une toute petite bosse, dure, de la grosseur d’un pois et qui bougeait, qui a éveillé les soupçons.

« C’est quoi cette affaire-là qui n’a pas d’affaire là ? » Et pourtant c’était bien là.

Diagnostic, mastectomies, puis reconstruction des seins se sont avérées les grandes étapes de cette pénible épreuve s’il en est, pour la femme alors âgée de 43 ans.

Sur un post-it, un mot d’espoir de son fils Simon qu’elle et son conjoint René ont toujours gardé : « Il y a un début à toute chose plate, mais il faut penser qu’il y a aussi une fin ».

Cette lourde épreuve derrière elle, Mme Bastien a conclu son témoignage avec des conseils aux femmes qui ont reçu ou recevront un diagnostic positif.

« D’abord, soyez patientes, ce que je n’ai pas été, avoue-t-elle. Mon corps avait juste besoin de temps, et il faut accepter que ça prenne ce temps-là ». Accepter l’aide, s’entourer de ceux qu’on aime, rester confiante.

Et finalement aux femmes qui n’ont pas cette maladie : « Aimez vos seins, palpez-les et n’hésiter pas à passer l’examen de mammographie ». Plus le mal est pris de façon précoce, plus on a de chance de s‘en sortir.

En début d’événement, Daniel Dion a décrit le Souper rose comme « une occasion de fraterniser et d’être solidaire avec celles qui sont aux prises avec la maladie, de célébrer la vie et finalement de sensibiliser toute notre population à la cause du cancer du sein ».

Prenant la parole à son tour, Christiane Huot s’est dite impressionnée de voir du rose partout et tout ce monde mobilisé pour la cause du cancer du sein. Une touche de rose qui vient dire aux femmes atteintes, « ne lâche pas, tu n’es pas seule ! »

En terminant, Mme Huot a évoqué l’espoir d’un avenir sans cancer du sein pour nos mères, nos soeurs, nous filles, nos amies.

C’est un service intergénérationnel qui a permis aux convives de déguster un délicieux repas, préparé par les étudiants de la Brigade culinaire de l’école secondaire Louis-Jobin, sous la direction du réputé chef du Mundial, Jean-François Drolet.

Des divertissements étaient au programme pour l’après-repas, notamment le numéro de l’humoriste portneuvoise Karen Arseno.

Le but de l’événement Ville rose et Souper rose est également de recueillir des fonds pour le Centre des maladies du sein de l’hôpital Saint-Sacrement.

On peut offrir des dons via le site web de la Fondation du CHU, notamment en passant par le site de la Ville de Saint-Raymond où on peut cliquer sur l’onglet rose intitulé « Dons en ligne ».

Également dans le cadre du mois du cancer du sein, le public est invité à prendre part à la Course rose organisée par Mme Andréa Drolet, le lundi 28 octobre avec départ sur le parvis de l’église de Saint-Raymond à 19h.

Deuxième de la gauche sur notre photo, la survivante Chantal Bastien a livré un touchant témoignage. Elle est entourée des « porteurs de lumière » Christiane Huot et Daniel Dion, de la conseillère aux communications pour la Fondation du CHU Lucie-Hélène Desrosiers, et de l’infirmière pivot en oncologie au CIUSSS Chantale Savard.

#Suivez-nous sur Instagram