fbpx

Dixième anniversaire du club des TTPE

Dixième anniversaire du club des TTPE

Le mercredi 2 octobre dernier dans les locaux de la SADC Portneuf, le club des TTPE (Très très petites entreprises) fêtait ses dix ans.

Ce concept original s’adresse évidement aux toutes petites entreprises, en l’occurrence celles qui n’ont pas plus de cinq employés.

La plupart sont des petits entrepreneurs qui sont seul dans leur entreprise et n’ont pas nécéssairement d’employés.

L’un des buts de ce regroupement des TTPE est de briser l’isolement que vivent ces entrepreneurs, qui travaillent souvent seuls. Des petits entrepreneurs qui persitent dans le temps et qui sont toutes des passionnées.

Le club répond aux besoins de réseautage, de formation et du « partage des hauts et des bas de la vie entrepreneuriale ».

Le point de presse donné à l’occasion de cette rencontre était animé par l’ébéniste de Saint-Basile Julie Fournier, et la spécialiste en herboristerie de Pont-Rouge, Hélène Mathieu. C’est elle qui a eu l’idée de départ, mais le club n’a adopté aucune forme de hyérarchie.

Au total, elles étaient une dizaine de membres présentes (sur les 20 à 25 que compte le regroupement), autour de Doris Julien, directrice adjointe de la SADC, qui a cru dans ce projet et l’a épaulé depuis les débuts.

« Les administrateurs de la SADC sont conscients que sans les petites entreprises, ça serait difficile de vitaliser nos municipalités », déclare Mme Julien.

Parmi les activités qui permettent au club de remplir sa mission, mentionnons des 5 à 7, des ateliers, des échanges de bonnes adresses, et du jumelage entre les membres dans l’offre d’un produit particulier.

Voici quelques exemples d’ateliers qui ont été offerts : atelier pratique sur les réseaux sociaux, formation sur la création de sites web gratuits, des cours d’anglais qui s’avèrent utiles lors des périodes plus touristiques, le correcteur Antidote, le logiciel Excel, en plus de la création d’un répertoire de membres, d’un nouveau logo et d’un dépliant.

Notons aussi les rencontres « coup de pouce » et les voyages rencontre avec de petits entrepreneurs oeuvrant dans des domaines semblables.

Le TTPE leur permet aussi de vivre des activités sociales comme dans les plus grandes entreprises. Par exemple, elles ont leur party de Noël chaque année.

« Ce qui est intéressant, confie la journaliste et entrepreneure Johanne Martin, c’est le fait que le cadre est très simple et l’organisation évolue avec les personnes qui participent aux rencontres. On veut que ça soit le moins contraignant possible ».

Pour la propriétaire d’un gîte, Lise Moisan, « le fait de rencontrer des personnes très intéressantes nous apprend plein de choses ».

L’artisane de bijoux Sylvie Paradis note de son côté que « ça m’a appris beaucoup; à la maison on fait tout, mais on a besoin de conseils et d’aide ».

L’un des buts du club est que « quand on en a plus besoin, on s‘en va ». C’est ce qui se passe souvent quand l’entreprise a pris une vitesse de croisière. C’est notamment le cas des entreprises qui ont dépassé le cap des cinq employés et ne peuvent plus faire partie des TTPE.

Le club des TTPE a déjà compté jusqu’à une cinquantaine de membres. Plusieurs des membres actuels en font partie depuis les débuts en 2009, ou depuis plusieurs années. Même si ce sont en très grande majorité des femmes, les hommes y sont aussi les bienvenus.

Photo : Autour de Doris Julien, de la SADC, les propriétaires de TTPE présentes lors de l’événement 10e anniversaire.

#Suivez-nous sur Instagram