fbpx

ELD Conseils déménage à Saint-Raymond

ELD Conseils déménage à Saint-Raymond

Après une dizaine d’années à Donnacona, Marie-Laure Eude-Le Dorze d’ELD Conseils – Gestion des ressources humaines a récemment déménagé ses bureaux à Saint-Raymond, une ville pour laquelle elle affirme avoir un attachement fort.

« Mon premier contrat dans Portneuf, ça a été avec une entreprise raymondoise », se souvient Marie-Laure Eude-Le Dorze, consultante senior en gestion des ressources humaines.

« De par mes clients, mais aussi mes amis, j’ai une relation particulière avec Saint-Raymond, une ville dynamique qui offre une belle qualité de vie », poursuit-elle.

Ses bureaux se situent désormais dans le même bâtiment que le cabinet de comptables Bédard Guilbault, au 423 rue Saint-Cyrille.

Une solide expérience

Franco-canadienne établie au Québec depuis maintenant 17 ans, Marie-Laure compte une solide expérience en gestion des ressources humaines.

Titulaire d’une maîtrise d’analyste en administration/ressources humaines obtenue à Québec, elle lance son entreprise en 2009 dans Portneuf, et ouvre des bureaux à Donnacona deux ans plus tard.

En parallèle, elle effectue plusieurs mandats pour le ministère de l’Emploi, et ce, pendant huit ans. « J’ai sillonné la province afin de former près de 2500 fonctionnaires à gérer la diversité culturelle, ou comment transiger avec un travailleur immigrant qui se cherche un emploi », raconte-t-elle.

Depuis trois ans, elle intervient en tant qu’experte auprès du Groupement des chefs d’entreprise du Québec. Elle a également obtenu le sceau de « certification satisfaction client Consultants Québec ».

Trouver des solutions au cœur des entreprises

« Mon volet principal avec ELD Conseils, c’est d’accompagner les entreprises à la gestion des ressources humaines ainsi qu’à l’organisation du travail », indique Marie-Laure.

« J’offre mon aide afin de clarifier les rôles et les responsabilités de chacun, je m’assure que les gens sont à la bonne place », ajoute-t-elle.

Ce n’est pas tout. La consultante se spécialise également dans la révision d’organigrammes, l’implantation d’un département de ressources humaines ou encore les plans de relève. Elle a d’ailleurs mis en place un projet pilote l’année dernière avec Emploi Québec afin d’intégrer la relève à la stratégie RH. « J’aime beaucoup les projets », lâche-t-elle avec le sourire.

Afin d’identifier des solutions, elle préfère se rendre directement au cœur des entreprises. « J’observe les compétences, et ça, ça s’observe dans l’action, fait-elle savoir. Je suis très observatrice des codes culturels de l’entreprise. »

Parmi ses clients, elle compte des entreprises situées majoritairement dans Portneuf, mais aussi des municipalités ou des ministères. Depuis près d’un an, Marie-Laure travaille en tant que consultante en ressources humaines pour la Ville de Saint-Raymond.

Immigration : l’importance de la planification

Dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre, beaucoup d’entreprises se tournent aujourd’hui vers l’immigration.

Sur le sujet, Marie-Laure est intarissable. Outre ses nombreux mandats effectués pour le compte du ministère de l’Emploi concernant la sensibilisation à l’immigration, elle a pu écrire un article dans Le Sablier, un magazine diffusé auprès de l’Association des directeurs généraux des municipalités du Québec, ou encore pris part à l’une des prestigieuses conférences TED à Montréal.

Dans Portneuf, elle a été l’une des premières à travailler sur l’intégration des immigrants dans les entreprises.

 « Le mot magique, c’est la planification, affirme-t-elle. L’entreprise doit toujours être capable de planifier une intégration. »

Mme Eude-Le Dorze poursuit : « Dans un contexte de rareté de main-d’œuvre, il ne faut pas voir l’immigrant comme un sauveur, ce qui risque de fausser les relations dès le départ. Si l’on ne veut pas créer de jalousie ou de haine au sein de l’entreprise, il ne faut pas renforcer une perception de privilège. »

La consultante travaille notamment à dissiper les malentendus culturels. Elle explique : « Ce n’est pas parce que j’ai un accent français que je suis forcément représentative de la France. On ne connaît pas ma vie et il se peut que mon parcours ait été teinté par d’autres cultures. Arrêtons de mettre les gens dans des boîtes. »

Elle prépare également les entreprises à transmettre leur culture de manière structurée.

Marie-Laure croie en une immigration pérenne, mais ne veut pas qu’elle fasse office de « pansement ».

« Au Québec, nos infrastructures, que ce soit les routes ou les hôpitaux, ne nous permettent pas d’accueillir la terre entière, pense-t-elle. Soyons ingénieux, nous avons des ressources dans nos milieux, il faut mieux les utiliser. »

Dans cette optique, Marie-Laure collabore avec des organismes afin que les entreprises embauchent davantage des personnes éloignées de l’emploi ou handicapées. Elle forme des agents d’emploi, mais aussi des conseillers afin que « les entreprises changent leurs paradigmes et s’ouvrent à ce type de clientèle ».

« L’immigration est une solution pour les entreprises qui font face à une pénurie de main-d’œuvre, mais ce n’est pas la seule », conclut-elle.

#Suivez-nous sur Instagram