fbpx

Un montant record pour la 9e édition du Défi têtes rasées Leucan de Portneuf

Un montant record pour la 9e édition du Défi têtes rasées Leucan de Portneuf

La 9e campagne de collecte de fonds du Défi têtes rasées Leucan s’est terminée en beauté. Le dimanche 30 juin, Au Chalet en Bois Rond à Sainte-Christine-d’Auvergne, les organisateurs ont dévoilé le montant amassé au cours des derniers mois pour soutenir les enfants atteints de cancer et leur famille. Celui-ci s’élève à 123 000 $, un véritable record.

Derrière l’accueil du village nature Au Chalet en Bois Rond, les participants à l’activité étaient réunis autour d’un feu de camp, dans une ambiance chargée d’émotion.

Enfin, le montant amassé après de nombreux mois d’efforts allait être dévoilé.

Avant ce moment tant attendu, les parents des deux jeunes porte-parole de la campagne, les jeunes Charles Tessier et Anthoy Côte, tous deux touchés par la maladie, ont exprimé leurs remerciements à tous les participants.

« Le cancer, en un mot, c’est un voleur, a lancé Éric Tessier, le père de Charles. Ça vole de beaux moments en famille, ça vole une partie de l’enfance; mais avec Leucan, avec la recherche, il y a de plus en plus d’espoir. »

« Sans Leucan, il n’y aurait pas toutes ces bonnes âmes qui donnent de leur temps et leurs cheveux, a ajouté Julie Plamondon, la mère d’Anthony. Merci à toutes et à tous, je vous aime du fond du cœur. »

Après que plusieurs personnes se soient fait raser la tête pour la bonne cause, dont les coprésidents d’honneur Christian Giguère (président de Machitech), Charles Lessard (président-directeur général de Au Chalet en Bois Rond) et Carl Morasse, le chèque de 123 000 $ à l’ordre de Leucan a été dévoilé sous des applaudissements nourris.


Les coprésidents d’honneur sont passés sous le rasoir pour la cause.

Ce montant dépasse l’objectif de campagne qui était de 100 000 $ et constitue un record pour la région de Portneuf. Le dernier record date de la deuxième édition, où près de 105 000 $ avaient été amassés.

« Une campagne de rêve »

Pour Laurie Gingras, chargée de projets au développement philanthropique à Leucan, cette 9e campagne a été une « campagne de rêve », avec une mobilisation « hors de l’ordinaire ».

« Je suis flabbergastée, s’émeut-elle. Donateurs, participants, commanditaires, bénévoles, tous ont réussi à faire de grandes choses. »

Mme Gingras souligne notamment l’implication des coprésidents d’honneur : « Ils ont été dévoués à un haut niveau, ils ont fait de la magie. Ce sont vraiment des gens de cœur. »

Tout au long de la campagne, les coprésidents d’honneur se sont en effet investis corps et âme dans l’aventure, en faisant jouer leurs réseaux de contacts.

De gauche à droite : Laurie Gingras, Christian Giguère, Carl Morasse et Charles Lessard.

« Je le fais pour une cause très importante, a écrit Charles Lessard sur les réseaux sociaux pour expliquer son engagement. Pour les enfants qui, en ce moment, combattent le cancer. Je le fais aussi pour leurs parents, leurs proches et toutes les personnes qui les entourent et qui vivent l’enfer de cette foutue maladie. Je le fais aussi, pour les enfants qui apprendront cette triste nouvelle demain et après-demain… Et finalement, je le fais, car je remercie la vie d’avoir quatre belles filles en très bonne santé. »

En plus des Défis Au Chalet en Bois Rond ainsi qu’au Parc des Anglais de Donnacona le 25 mai, plusieurs partenaires ont contribué à la collecte de fonds, notamment en réalisant des défis personnalisés dans la région et en organisant des activités-bénéfices au profit de la campagne.

On peut citer les défis réalisés à l’École secondaire Saint-Marc qui a permis d’amasser 6000 $ et chez Machitech qui a permis de récolter 11 000 $, ainsi que la « Dégustation de gin » organisée par l’équipe du Chalet en Bois Rond qui a rapporté 8000 $.

Investir dans la recherche

Les coprésidents d’honneur ont précisé que « Leucan apporte un soutien direct dès le diagnostic de l’enfant atteint de cancer en offrant de nombreux services dont l’aide financière, l’accompagnement, des activités pour briser l’isolement et surtout beaucoup de réconfort dans ces moments difficiles qu’ils traversent ».

Nathalie Matte, directrice provinciale et développement philanthropique à Leucan, insiste sur l’importance d’investir dans la recherche : « Leucan est le principal bailleur de fonds de la recherche clinique et c’est ce qui a permis d’augmenter le taux de survie, qui est passé de 15 % à 82 % en 20 ans. Il faut rappeler que Leucan tout comme la recherche clinique ne reçoit aucune subvention gouvernementale, d’où l’importance de pouvoir compter sur la générosité des gens. »


#Suivez-nous sur Instagram